Entrez votre mot clé dans la case de recherche pour trouver les articles qui en parlent

Le stress et l’équilibre : comment gérer l’un pour découvrir l’autre!

 

Le terme “stress” fait référence aux réactions qu’un stimulus physique, mental, social ou émotionnel requière pour répondre à une altération de la façon dont nous agissons, pensons ou ressentons.

C’est ce qui nous fait sortir de notre zone de confort lorsque nous ne savons pas le gérer, ce qui altère notre équilibre.

Tout changement est un stress, ou en cause un, il fait partie de ce qui est indissociable de la vie, de sorte que si la vie elle même ne nous en apporte pas, nous nous en créons.

En effet, nombreux sont ceux qui ont besoin de voir leur verre à moitié vide pour se donner une raison d’y réagir, donc de se créer une situation stressante, une réactivité excessive qui devient une addiction.

Certaines personnes vivent très bien les périodes intenses, mais pour d’autres cette situation peut créer une fatigue particulière, des maux de tête, de l’irritabilité, un changement dans l’appétit, une perte de mémoire, une baisse d’amour propre, une chute de pression artérielle, des insomnies ou un déséquilibre gastro-intestinal.

Vous vous reconnaissez? Mais il y a plus :

Il n’est pas difficile de comprendre que cette tension permanente constitue le nid idéal de la maladie : et oui, les recherches montrent que 80% des maladies, problèmes cardiovasculaires, cancer, infections diverses inclus, ont une origine liée au stress, physique ou émotionnel.

Les réponses physiques à la pression physique ou émotionnelle sont reconnues: il s’agit de tout un enchaînement d’impulsions qui déclenchent ou inhibent diverses sécrétions hormonales ayant un impact sur la respiration, le rythme cardiaque, la transpiration, la digestion, la réactivité nerveuse, l’endurance physique.

Les facultés de protection de l’organisme sont amenées à leur maximum, dans une situation de préservation, de réponse à l’urgence et de tension interne.

Ces réactions et transformations en chaîne ont un effet inhibiteur sur la capacité des globules blancs à répondre à une agression pathogène : en effet elles sont à l’origine prévues pour pouvoir faire face à un danger physique imminent et réclament de rassembler toutes nos facultés de combat.

Mais en même temps, elles empêchent l’organisme de se défendre face à une agression pathogène, ce qui signifie qu’elles entraînent une baisse d’immunité.

En effet, la majorité de nos épreuves stressantes ne sont pas issues de menaces physiques, mais le corps continue d’y répondre comme si c’était le cas.

Pour mieux vous protéger, sachez reconnaître les diverses formes de stress

Il y a le stress environnemental (les excès de températures, les changements de climat, le bruit, la pollution etc….) et le stress endogène (la peine, les conflits psychologiques, les déficiences métaboliques, la maladie..) auxquels, selon notre profile psychologique, l’intensité du conflit, sa durée et sa répétition, on réagira en trois étapes :(N’ayez pas peur, je vous donne des solutions plus loin…)

 

1. La phase d’alarme : un danger auquel nous devons nous adapter coûte que coûte, une phase de choc qui mobilise tout le système nerveux sympathique.

2. la phase de résistance : c’est une situation traumatique plutôt chronique qui amène le corps à développer des facultés d’endurance.

3. la phase d’épuisement : où les ressources de la personne ne lui permettent plus de contrôler son état nerveux. Il y a danger, affaiblissement métabolique, apparition de scléroses, de troubles psychosomatiques, de lésions dégénératives.

Bien sûr, ces trois phases ont aussi des conséquences pathologiques, telles que ce qu’on appelle de stress oxidatif, l’acidose toxique et la déficience nutritionnelle.

En effet, comme on l’a vu plus haut, l’augmentation de l’activité des adrénales entraîne une surproduction d’adrénaline.

Cette surproduction force le corps à métaboliser les protéines, les graisses et les hydrates de carbones plus rapidement de façon à fournir plus d’énergie à l’organisme en détresse.

Cela force le corps à éliminer des acides aminés, du potassium et du phosphore, à ponctionner le magnésium stocké dans les muscles et à laisser moins de calcium en réserve.

De plus, un organisme stressé ne peut absorber correctement les nutriments, alors, à long terme, le corps se trouve en manque de nutriments qu’il est incapable de remplacer, ce qui entraîne la déficience nutritionnelle indiquée plus haut.

Une des carences les plus fréquentes est le manque de vitamines B et de certaines électrolytes, si importantes dans le fonctionnement du système nerveux.

De plus, un organisme stressé stimule la formation des radicaux libres dont l’oxydation endommage les tissus et les parois cellulaires. C’est le stress oxidatif.

Une autre conséquence du dysfonctionnement des adrénales, ajouté à une déplétion nutritionnelle et à un excès d’oxydation des cellules est l’acidose.

Les déséquilibres chimiques qui en découlent perturbent l’équilibre acido-basique, créant un excès d’acidité dans les fluides de l’organisme, etc’est dans un milieu acide que la plupart des maladies chroniques et dégénératives se déclenchent.

Mais auparavant, il est déjà très désagréable de souffrir des symptomes qui y sont liés :

-insomnie,

-rétention d’eau,

-arthrite,

-migraine,

-forte perspiration,

-constipation,

-selles très nauséabondes provoquant des sensations de brûlure,

-alternance de constipation et diarrhée,

-sensation de brûlure dans la bouche,

-sensibilité des dents à l’acidité des fruits.

C’est le moment de profiter du pouvoir des huiles essentielles.

 

L’aromathérapie du stress

Il est souvent très important d‘accepter une situation, de lâcher prise. Les huiles essentielles suivantes peuvent vous y aider :

Rose otto (rosa damascena), Encens d’oliban (boswellia carterii), citron (citrus lemonum), vétiver (vetivera zizaoid), pamplemousse (citrus paradisi)

 Pour soulager les sentiments de colère provoqués ou liés au stress, ayez recours à :

la camomille romaine, à l’ylang ylang, à la lavande, à la bergamote

Si le stress vous met dans un état dépressif, utilisez:

la bergamote, le géranium, l’ylang ylang, la sauge sclarée, le jasmin, le bois de santal

N’hésitez pas à créer vos propres synergies d’huiles que vous ajoutez à une crème pour les mains par exemple, qui vous permettra de vous masser les mains, la base des doigts, de respirer vos huiles.

Dans le mode d’emploi du stress je vous offre l’accès à AromaPro mini : tout ce dont vous avez besoin pour ne plus subir le stress et en plus  utiliser les huiles essentielles avec confiance…sans peur de vous tromper.

Tags: , , , ,

Related posts

Méthode Yuen en France

  Info incontournable pour les praticiens à la qui souhaitent se démarquer des autres!...

Untitled

  La notion de base que l’on a communément de l’inflammation est qu’elle est...

One comment

Leave a Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.




Et si vous vous donniez les moyens de prendre le pouvoir sur votre santé? Demandez-le moi ici et je vous envoie un livre dont c'est justement le sujet...

New Graphic
Top