fbpx

Entrez votre mot clé dans la case de recherche pour trouver les articles qui en parlent

Stop au viagra : oui aux huiles essentielles!

Tout le monde le sait, le Viagra est un blockbuster de plusieurs milliards de dollars, qui “sauve la vie intime” de millions d’hommes. Mais ses effets secondaires sont graves.

Heureusement, des alternatives naturelles (prouvées scientifiquement ) abondent. Alors parlons-en, parce que la dysfonction érectile n’est pas une mince affaire.

Mais, mis à part son importance pour la santé, c’est surtout l’égo masculin qui est concerné et c’est de lui dont dépend en grande partie la capacité de l’homme à « se relever », surtout lorsque les choses ne se passent pas comme prévu en matière d’intimité.

Alors, comme vous êtes principalement des femmes à lire ces lignes, vous êtes tout autant concernées. Parce que vous avez le droit de vivre des nuits (ou des jours) torrides, vous aussi.

On dit que lorsque des problèmes sexuels émergent dans une relation, leur importance est de 90%, mais lorsqu’ils ne sont pas un problème, ils ne représentent que 10% du bon fonctionnement de la relation.

Je crois qu’il est bon de rappeler que les hommes, en particulier dans la fourchette des 35 à 45 ans, sont confrontés à ce que l’on appelle l’andropause, au moment où les niveaux d’hormones « érotiques » clés, tels que la testostérone et la croissance humaine, commencent à décliner rapidement.

Là, la panique peut s’installer si tout ne fonctionne pas « comme d’habitude »…et surtout, la légendaire mauvaise foi masculine aura vite fait de mettre sur le compte de la partenaire de longue date tous les maux du monde, ceux qui expliquent sa responsabilité à elle.

D’où ce qu’on appelle « le démon de midi » qui va pousser un homme à se rassurer sur sa puissance masculine auprès de jeunes personnes facilement impressionnées par l’homme mûr (et la voiture qui vient avec).

C’est un peu là que l’industrie pharmaceutique a largement capitalisé :  sur cette phase de « changement de vie ».  Le Viagra occupe sa position de leader depuis plusieurs décennies…et ceux qui y sont “accros” ne vont pas risquer d’en manquer. Mais ces produits pharmaceutiques ont des effets secondaires graves, voire parfois mortels. Raison de plus pour explorer les alternatives naturelles, dont on a un grand besoin aujourd’hui.

Les alternatives au Viagra

L’aromathérapie holistique : c’est-à-dire des huiles essentielles, mais avec la cohésion de suppléments, d’une bonne alimentation et d’un peu d’exercice…

Pour ce qui est des huiles essentielles, je vous renvois à un article que j’ai écrit en 2011 mais qui est toujours d’actualité, pour booster votre vie amoureuse avec les huiles essentielles. Cela concerne autant les femmes que les hommes…parce que pour qu’un homme fonctionne correctement, il doit se sentir désiré. Donc, il faut parfois s’y mettre à plusieurs pour relancer la machine…

Donc, cliquez ici pour découvrir et mettre en application ma petite liste (vérifiée in vivo) d’huiles essentielles ad oc.

Ajoutez-y les conseils qui suivent :

        Le numéro 1 sur la liste est l’acide aminé l-arginine. Précurseur de l’oxyde nitrique, cet acide aminé est particulièrement important en période de traumatisme ou de stress. Si le corps peut normalement en produire des quantités suffisantes, il n’est pas aussi performant pendant les périodes de stress, auquel cas la supplémentation est essentielle. De plus, , l’ajout de l-arginine agit aussi sur la résolution des problèmes cardiovasculaires, ce qui, bien sûr, comprend le dysfonctionnement érectile issu d’une mauvaise circulation sanguine. Donc, avec la L-arginine, vous gagnez sur plusieurs tableaux, autant en profiter.

        Une autre substance étonnante offre de nombreux avantages pour la santé, c’est le pycnogénol. En ce qui concerne le dysfonctionnement érectile, pycnogenol amplifie les avantages de la l-arginine au point que deux études cliniques distinctes ont révélé que la combinaison était très efficace et sans danger pour résoudre le dysfonctionnement érectile.

Cela vous fait dont déjà deux compléments alimentaires intéressant pour aider Monsieur. Mais on peut aller encore plus loin….grâce au fameux Ginseng.

     Cette incroyable plante asiatique est utilisée depuis des milliers d’années pour augmenter l’endurance et la longévité. Il existe maintenant un nombre considérable de preuves scientifiques (en plus de son utilisation traditionnelle), avec une méta-analyse de 2008 de la recherche existante sur le sujet, qui a examiné 7 essais cliniques randomisés pour déterminer son utilité dans le traitement de la dysfonction érectile.

A tout cela, vous pouvez ajouter l’exercice, car c’est l’un des meilleurs moyens d’améliorer l’image corporelle, l’estime de soi et la vitalité sexuelle. Une étude de 2009 a révélé que l’inactivité physique contribue à la dysfonction érectile – mais on s’en doutait un peu.

Et puis, prenez les choses plus à la légère….parce que vivre avec une attitude négative, en particulier lorsqu’on est atteint d’un problème de santé n’a pas un bon impact sur la sexualité. Une étude remarquable réalisée en 2008 a révélé que la visualisation de films humoristiques chez des patients atteints de dermatite atopique avait aussi conduit à une amélioration à court terme du dysfonctionnement érectile. Pas mal, non ?

Quoi qu’il en soit, une partie de jambe en l’air devrait être amusante, non? Alors, faites-vous du bien en « travaillant » à augmenter votre humour et votre joie, autant que possible.

Même pour la dépression tout vient du ventre…les psychiatres le savent. Ils savent que les médicaments ne servent à
rien d’autre qu’à intoxiquer encore plus les
patients, et ils continuent à les prescrire, à défaut d’apprendre à soigner des ventres. 
Apprenez les vraies outils anti-depression dans cette video. 

Related posts

2 comments

  • Bonjour Cécile,
    pour une fois, vous n’avez pas su tourner la chose. Je vois bien que vous avez cru ne parler qu’entre femmes. D’où ces bévues.
    “la légendaire mauvaise foi masculine” ? merci pour nous, quoique en termes de mauvaise foi, je ne me sente pas plus nanti que les femmes auxquelles j’ai affaire, quoiqu’elles ne soient guère conscientes d’en user…
    J’ai abordé la question par ailleurs, en expliquant que toute l’existence de l’homme est tournée vers l’extérieur de sa maisonnée, où il se risque et prend les coups; et que les choses sont proportionnellement inverses chez les femmes, plutôt tournée vers l’intérieur. Que, ce faisant, les hommes développaient un relatif aveuglement sur leur “domesticité” (de domus, ce qui relève de la maisonnée) tandis que les femmes s’aveuglaient sur l’extérieur, réalité politique ou problèmes de la cité : c’est une tendance, relative, qui s’impose à l’observation. Du reste, il suffit d’observer comment sont faits l’un et l’autre, représentés par leurs signes respectifs (mâle et femelle), pour se confirmer que l’un est plutôt tourné vers l’extérieur, l’autre vers l’intérieur. Tant mieux pour l’un comme pour l’autre, car si l’homme se mêlait de sa maisonnée, cela se ferait aux dépends de sa compagne (et on voit cela chez les oisifs, qui deviennent des tyrans domestiques). Mieux vaut, pour la santé des femmes, que l’homme soit à ses affaires dehors. Mieux, un homme domestiqué est la source de bien des maux. Il n’est donc viable que s’il a une activité et cette activité le porte naturellement vers l’extérieur. Même si elle s’exerce dans le bureau de la maison, ou le garage, ou un deuxième étage: vous noterez que celui-ci est toujours assez éloigné de la cuisine, foyer, lieu souverain de la femme, au centre de la maison.

    D’où vient donc leur supposée mauvaise foi ? Elle leur vient de ce que leur combat extérieur ne pouvant être en permanence assumé en termes radicaux, nécessitant des aménagements, des contraintes, des rapports de force et des vexations donc, ne pouvant en un mot dire dehors tout ce qu’il pense, au risque de perdre leurs revenus (vitaux pour sa famille, rappelons-le quand même), ils ramènent à la maison ces frustrations.

    Rassurez-vous, les femmes font la même chose… en sens inverse. En emportant les vexations de sa maisonnée à l’extérieur, en allant pleurer chez une amie ou chez une tante, en peignant sa vie et son mari de couleurs toutes plus fausses les unes que les autres, en s’accusant aussi de tout, la femme n’est pas plus fiable ni moins dans le déni. Elle en vient souvent à s’accuser de tout sans remettre en cause quoi que ce soit de précis. Et c’est aussi pourquoi on les voit si maladroites et de mauvaise foi sitôt qu’elles sont dans le monde. Spécialement en jaugeant tout à l’aune de leur ressenti personnel, si subjectif et dangereux, et ô combien à l’égard de leur mari, souvent humiliés par leurs propos dont elles n’ont que peu conscience: c’est que l’extérieur est son terrain de jeu à lui, il connaît les usages qui lui échappent à elle. La femme transporte un monde personnel et intime dans la sphère public, et l’on a aussitôt tout le sentimentalisme politique si catastrophique, les dérives du sentiment strictement personnel, individualisme, érigées en institutions. Voilà qui coûte des milliards, et donc de l’impôt, et donc du suicide à l’échelle industrielle.

    Il y a là un miroir saisissant. Et, ô miracle, aucun des deux n’est plus honnête: ils ne sont ce qu’ils peuvent qu’en deux endroits différents. La femme croit que son mari est de mauvaise foi parce qu’elle ne le voit qu’à la maison. L’homme aurait tout autant tort de croire sa femme inepte en ne la jugeant que sur ses capacités à briller dans le monde.

    “aura vite fait de mettre sur le compte de la partenaire de longue date tous les maux du monde, ceux qui expliquent sa responsabilité à elle.” Merci encore, cela permettra en effet à toutes celles qui ne font plus aucun effort et s’affaissent dans le quotidien le moins mystérieux et le plus routinier possible, de jeter la pierre à cet homme qu’elles ennuient mais qui trouvent en effet plus appétissante une jeunette moins rabat-joie… ou une ancienne amie plus âgée mais plus joyeuse car l’idée que la concurrence des femmes n’est qu’une affaire d’âge ne colle pas aux statistiques: les hommes ne s’éloignent pas davantage avec des filles plus jeunes.

    “D’où ce qu’on appelle « le démon de midi » qui va pousser un homme à se rassurer sur sa puissance masculine auprès de jeunes personnes facilement impressionnées par l’homme mûr (et la voiture qui vient avec).” Autant dire que ces gamines sont des petites idiotes.
    Mais c’est aussi un fantasme et une croyance féminine de croire que l’homme a besoin d’exercer “sa puissance”. C’est une croyance de petite fille, en fait. Arrivé à cet âge, l’homme a surtout besoin de… vivre. Tranquille, apaisé, avec des moyens, du silence, moins de jugement, mois de routine, moins de matriarcat, moins de castration, moins de fatalisme, plus de surprise et plus d’harmonie. Il n’a pas besoin d’exercer une puissance, il a au contraire besoin d’arrêter de lutter tant à l’extérieur que chez lui. C’est l’hostilité qui le chasse dehors. Cela, la femme l’ignore encore après 750.000 ans, apparemment.

    Alors, que dire ? Que ces gens dont vous parlez, puérils, existent ? sans doute. Mais en quelle proportion ? Et parlez-vous pour un homme et une femme que vous essayer de faire advenir, ou pour une masse sotte ?
    soyez assez aimable pour tourner la chose avec un tout petit peu plus de tact; et d’efficacité. N’y a-t-il pas des hommes dignes, indemnes de ces reproches assez populaciers ? Qui cela aide-t-il ? Essayez de comprendre comment une déficience sexuelle, par exemple, pourrait conduire à autre chose qu’une panique, ou une frustration d’âme orgueilleusement blessée. L’homme affaibli sur le plan érectile ne serait-il plus qu’un pauvre ère incapable de faire jouir une femme et lui-même ? Je crois que c’est le contraire: il cherchera de nouveaux savoirs et pour ce que j’en sais, en quelques mois, non seulement il retrouve toute sa virilité, mais il y a gagné des savoir-faire dont madame n’aura nullement à se plaindre.

    Les couples qui meurent sont des couples qui ne savent pas s’adapter.

    Voilà. Voyez que les hommes qui vous lisent sont en moyenne un peu plus à même de vous faire une réponse cinglante, que leur inspirera une franchise bien masculine, malgré toute leur mauvaise foi…

  • Vous dites aussi dans votre mail : “Quoi qu’il en soit, c’est aux femmes de prendre les devants pour que le pire n’arrive pas.”
    Certainement pas. Ce n’est pas aux femmes de prendre les choses en mains, c’est éventuellement aux femmes d’aider. Les femmes n’ont pas à se prétendre maîtresse de la virilité de l’homme, de même que l’homme n’a pas à se prétendre maître de la féminité de la femme.
    J’ajoute ici qu’il y manque une part d’acceptation. Sans être résigné, il n’y a pas non plus à s’imaginer éternel et inchangeable. On voit maintenant de vieilles femmes demander à se faire euthanasier, parce qu’elles ne supportent pas de vieillir: filles inabouties.
    En outre, croire que la femme peut être l’architecte de la virilité masculine est une illusion totale : elles n’y peuvent pas grand chose, car la virilité s’acquière dans un monde viril essentiellement. Le cœur du problème réside dans l’âme. Etre un homme, c’est accomplir beaucoup de choses que les conseils, les cajoleries, les encouragements n’aideront pas, et le plus souvent décourageront. Il faut apprendre le silence et la retenue. Une femme qui voudrait que son mari soit plus viril prend du champ, au lieu de venir s’y accoler. Plus elle lui laisse du champ libre, plus il pourra croître. C’est la domestication, l’étouffement, qui nuisent le plus à la virilité. Pourquoi croyez-vous que tant se réfugient au café ? De même que la féminité s’acquière dans un monde féminin. Accepteriez-vous qu’un homme vous dise qu’il va prendre en charge votre féminité ?
    L’homme sera viril quand il lui plaira, en fait, il ne faut toucher à rien, juste ériger les conditions favorables. Toute tentative de commanditer cette virilité de l’extérieur ne fera que le frustrer et le chasser. C’est une conquête et aucune conquête faite par un autre n’est supportable.
    Combien on a vu d’hommes, ou de jeunes hommes, ou de jeunes garçons, détruits par des femmes prétendant leur rendre (ou leur donner) une virilité ?
    Le boulanger n’est pas mécanicien, on ne répare pas ce qu’on ignore.

Leave a Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.




Et si vous vous donniez les moyens de prendre le pouvoir sur votre santé? Demandez-le moi ici et je vous envoie un livre dont c'est justement le sujet...

New Graphic
Top