Faut-il se méfier des Solanacées?

(Ceci est un extrait de mon livre “L’Equilibre anti-Douleur“)

Je n’ai jamais vraiment pris ce sujet au sérieux…jusqu’à ce qu’il soit inclus dans un cours très sérieux que j’ai pris lors d’un congrès international d’aromathérapie en Angleterre, donné par deux non moins sérieux spécialistes de l’aromathérapie holistique et de la douleur articulaire, Gabriel Mojay et le Dr Timothy Miller.

Le choix de ne pas consommer de solanacées est principalement indiqué pour les personnes qui souffrent d’arthrite, mais vu que cela concerne la plupart de ceux qui sont atteints de maladies auto-immunes, je crois qu’il est temps que je vous expose cette occasion supplémentaire de vous imposer des restrictions alimentaires.

Il n’y a pas pire que d’essayer de traiter un italien contre les douleurs articulaires parce que cela va nous obliger à lui faire arrêter de consommer de la tomate et des aubergines, sans compter éventuellement les pâtes au blé et la mozzarella. Et oui…toute la grande tradition culinaire italienne y passe !

Tout simplement parce que les tomates et les aubergines font partie des solanacées, cette famille botanique qui contient plus de 2000 espèces, dont de nombreuses sont toxiques comme la Belladone, la mortelle.

Il est vrai que ces solanacées incluent aussi des aliments très courants et populaires et tout à fait inoffensifs pour le commun des mortels, à condition de ne pas avoir des problèmes de douleurs articulaires.

Mais pas que, car de plus en plus d’approches anti-toxiques imposent d’éviter les tomates, aubergines, pommes de terre, poivrons, poivre de cayenne, paprika, chili et même, les baies de goji. Cela représente environ 120 kilos de solanacées par an et par personne, aux Etats Unis. Alors, en Italie…n’en parlons pas.

Vous allez me dire que de nombreux professionnels de la santé et rapports d’études encouragent les gens à consommer ces aliments, herbes, épices, pour les nutriments qu’ils fournissent (moi la première dans l’Equilibre anti-candida), mais pour certaines personnes, c’est tout faux !

En fait, aucune recherche scientifique sur les humains n’a été réalisée pour démontrer à long terme les bienfaits des solanacées sur la santé ! Par contre, des preuves issues de rapports personnels, l’expérience de nutritionnistes et de praticiens intégratifs suggère fortement que la consommation des solanacées est reliée à l’arthrite et aux douleurs articulaires.

En fait, c’est très facile : prenez quelqu’un qui a des douleurs articulaires, faites lui éliminer les solanacées, et constatez : c’est souvent spectaculaire ! On a aussi pu constater de véritables améliorations dans le cas de maladies auto-immunes, allergies, asthme, problèmes digestifs. En fait, d’après certains praticiens intégratifs (ceux qui prennent en considération l’état des intestins pour traiter leurs patients), les solanacées contiennent des substances toxiques qui augmentent l’hyper perméabilité intestinale. Là, cela vaut la peine qu’on s’y arrête..et qu’on aille voir cela de plus près.

Pour une expérience, on a fait consommer des pelures de pommes de terre à des souris avec des problèmes inflammatoires aux intestins, et cette consommation a aggravé leur état inflammatoire.

Alors, faut-il complètement éviter les solanacées ?

Cliquez ici pour le savoir et lire la suite.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *