La toxicité qui affecte nos enfants aujourd’hui n’a plus rien à voir avec ce à quoi étaient exposés nos grands parents, et même nos parents.

Il y a 80 ans, l’environnement toxique n’était pas comparable à celui d’aujourd’hui, et l’industrie pharmaceutique n’existait quasiment pas.

La toxicité qui nous entoure et nous menace a considérablement augmenté. Pourtant,  nous n’avons pas forcément été préparés à en protéger nos enfants ou à nous en méfier.

Ce qui affecte nos enfants aujourd’hui et leur future vie d’adulte peut se manifester très tôt, dès leur venue dans le ventre de leur mère.

Toxique ou pas, une mère intoxique son bébémère toxique

Une mère toxique, va intoxiquer son bébé. Une mère saine exposée à la toxicité va intoxiquer son bébé.

Si elle utilise des médicaments, des drogues, de l’alcool, de la nicotine, mais aussi si elle est porteuse de virus, de bactéries, ou de parasites comme le candida albicans.

Ce qu’elle va manger et respirer pendant sa grossesse aussi va avoir un impact, et surtout, son propre taux de métaux lourds dans l’organisme.

Sachez qu’il suffit de se faire enlever les amalgames au plomb pour augmenter son intoxication ? Il suffit de vivre dans un environnement où l’air est saturé de particules de diesel et de mercure pour contaminer un fœtus ?diesel

Grâce à une étude portant sur 116340 femmes et depuis 1989, la recherche américaine a mis en évidence qu’aujourd’hui la pollution environnementale augmente de 50% les risques d’avoir un enfant  autiste.

C’est sans compter tous ceux qui ne naissent pas autistes mais qui le deviennent lorsque, malgré une récente infection des voies respiratoires, on leur administre rappel de vaccin contenant des métaux lourds : la goutte qui fait déborder le vase !

D’une seconde à l’autre les signes sont criants : votre bébé pleure, ne vous regarde plus dans les yeux, se replie dans son univers de souffrance. Loin de celui qu’il était depuis la naissance.

En effet, les particules de diesel, de plomb, manganèse et aluminium sont des métaux lourds qui se collent aux tissus adipeux comme les nerfs et le cerveau,  entretiennent un état inflammatoire permanent qui perturbe les fonctions cérébrales, développementales et cognitives de l’enfant (sans compter son système immunitaire).

Et puis, il y a l’hérédité : je pense que l’hérédité peut être toxique parce que nous héritons des traces que l’éducation, les traumas, les chocs physiques ou émotionnels ont pu laisser dans notre ADN après qu’ils aient été vécus par nos parents, grands-parents etc…Il n’est pas rare que nous répétions certains schémas classiques dans notre famille simplement parce qu’ils sont transmis, comme un gène de maladie auto-immune ou orpheline sait le faire.

Pour moi, c’est de la pollution car nous allons devoir en subir les effets dans notre vie.

Alors certains vont les interpréter comme des épreuves indispensables au développement personnel, mais ça n’empêche pas qu’il va falloir trouver les moyens de les gérer.

Retournons à notre bébé.peau de bébé

Donc, il hérite de beaucoup de choses de ses parents, de la grossesse de sa mère, puis il arrive au monde.

Et la véritable intoxication va commencer.

Là, cela varie en fonction des pays, mais en général, on va lui injecter au moins un vaccin le jour de sa naissance.

En France c’est le BCG (qui n’est même pas utilisé aux Etats Unis…), puis 5 autres vaccins à deux mois, 5 à 4 mois, 5 à 11 mois, 2 à 12 mois.

Cela veut dire, 18 injections en un an, dont l’influenza (HIB) et le DTpolio, réputé pour sa teneur en aluminium, tout comme les vaccins suivants :

Avaxim (hépatite A)
Boostrixtetra (diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche)
Cervarix (papillomavirus)
Diftavax (diphtérie, tétanos)
Encepur (encéphalite à tiques)
Engerix B (hépatite B)
Havrix (hépatite A)aluminium
Infanrix tetra (diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche)
Infanrix quinta (diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, hiB)
Infanrix hexa (diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, hiB, hépatite B)
Ixiaro (encéphalite japonaise)
MenBvac (méningite à méningocoque du groupe B)
Meninvact (méningite à méningocoque du groupe C)
Menjugate / Menjugatekit (méningite à méningocoque du groupe C)
NeisVac (méningite à méningocoque du groupe C)
Pentavac (coqueluche, diphtérie, tétanos, poliomyélite, HiB)
Revaxis (diphtérie, tétanos, poliomyélite)
Tetravac-Acellulaire (coqueluche, diphtérie, tétanos, poliomyélite)
Ticovac (méningo-encéphalite à tiques)
Twinrix (hépatite A, hépatite B)
Tyavax (hépatite A, typhoïde)
Vaccin Genhevac B Pasteur (hépatite B)
Vaccin Tétanique Pasteur (tétanos)
Infanrixhexa (diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, hiB, hépatite B)
Meningitec (méningite à méningocoque du groupe C)
Pediacel (diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, hiB)
Prevenar (pneumonie à pneumocoque)
Repevax (coqueluche, diphtérie, tétanos, poliomyélite)
Twinrix (hépatite A, hépatite B

(source ligue pour la liberté vaccinale)

Et puis il y a le mercure, (autre métal impliqué directement dans l’augmentation des risques d’inflammation du cerveau)… grâce au Thimerosal, un antiseptique dérivé du mercure.

On le trouve dans les vaccins suivants :mercure

Diftavax (diphtérie, tétanos)
Engerix B (hépatite B)
Fluarix (grippe)
Fluvirine (grippe)
Influvac (grippe)
Pandemrix (grippe A-H1N1 2009)
Panenza (grippe A-H1N1 2009)
Spirolept (leptospirose)
Twinrix (hépatite A, hépatite B)

La vaccination en cause

Je signale au passage que des médecins du RES (Réseau Environnement Santé)  ont lancé une pétition adressée à la ministre de la Santé Marisol Touraine pour que le vaccin DT polio sans aluminium soit remis en vente en France.

Sachant que ce vaccin est l’un des “obligatoires” requis pour entrer en collectivité, vous imposer ce vaccin est tout simplement hors la loi. En effet,  la loi stipule que l’administration de substances nuisibles à la santé est interdite et constitue d’ailleurs un crime prévu par le Code Pénal.

Une vaccination n’est pas un acte banal, et qu’un certain nombre de précautions sont, de toutes manières, obligatoires, conformément, notamment, à l’Arrêté du 28 février 1952. Or, combien d’enfants sont vaccinés sans qu’un examen médical l’y autorise?

Combien de rappels prévus et administrés alors que l’enfant a un rhume, sort d’une otite, est encore sous traitement antibiotique?

La Loi, et notamment, l’Arrêté du 28 février 1952, impose, préalablement à tout acte vaccinal, de « prendre toutes précautions », c’est-à-dire, de procéder à un examen destiné à vérifier si le produit que l’on veut administrer à l’enfant n’est pas dangereux pour lui.

Il faut savoir que les risques de toxicité des doses d’aluminium vaccinal sont  reconnus par l’Académie de Médecine : mais on se donne bonne conscience en se disant que le montant d’aluminium contenu dans une dose de vaccin ne porte sans doute pas à conséquence…

La toxicité cumulée

Mais alors, qu’en est-il de son accumulation, si l’on considère que ce métal toxique vient s’installer dans les tissus adipeux pour s’y accumuler petit à petit…il n’est absolument pas évacué petit à petit par les urines comme certains le croient…

Un enfant de deux mois reçoit au total une dose de mercure 99 fois supérieure à ce qui est admis comme étant une dose autorisée. vaccin bébé

Pour vous donner une idée, une boite de thon contient en moyenne 17 microgrammes de mercure.

Du mercure à la seringue

Une simple dose de vaccin contre l’hépatite B en contient 12,5.

Rappelez vous que les enfants et les bébés ont des corps beaucoup plus petits que les adultes et que leurs corps, surtout avant 6 mois, sont beaucoup plus sensibles aux toxines.

De plus, lorsque le mercure est consommé via une boite de thon, il est pris en charge par le foie et causera bien moins de dommages que lorsqu’il est directement injecté dans la circulation sanguine…

Et puis, lorsqu’un bébé reçoit une injection de mercure, son cerveau n’est pas complètement développé et donc par encore protégé par une membrane protectrice que nous avons, nous les adultes.

Mais les enfants plus âgés ont aussi des cerveaux en plein développement et sont donc, bien plus que les adultes, susceptibles d’être endommagés par les toxines.

Autisme et toxicité au mercure

Je vais vous donner l’exemple de l’intoxication au mercure, bien plus courante qu’on ne le croit.

Voici les symptomes que l’intoxication au mercure et  l’autisme ont en commun.

                                                                                   

Développement physique lent

Maladresse physique

Difficulté à avaler                                                        

Tendance à marcher sur les orteils

Mouvements répétitifs

Sensibilité aux sons

Sensibilité au toucher

Regard fuyant

Facilement distrait

Difficultés à articuler

Difficultés à être compris

Inattention

Concentration faible

Et puis, dermatite, problèmes digestifs, candidose chronique, asthme, allergies etc…                                                                                                             

 

Il faut signaler que de récentes recherches américaines (encore…) ont montré que le mercure inhibe directement les capacités naturelles du corps à se détoxifier grâce à ce qu’on appelle la méthylation et la sulfation.

En gros, le mercure empoisonne le corps et l’empêche de se nettoyer, donc de se détoxifier. Les métaux lourds ne peuvent s’évacuer naturellement. La toxicité garantie. D’autant que la présence de métaux lourds dans l’organisme y entretien l’inflammation, donc, la monopolisation de l’immunité et favorise le développement de la candidose dans l’organisme. Il sera obligatoire de soigner cette candidose en même temps que l’on devra se nettoyer des métaux lourds.

 

Donc, si dès le départ des dispositions génétiques font qu’un enfant n’est pas considéré intoxiqué mais porte en lui une dose déjà élevée de métaux lourds, il nait normal et a des chances de ne jamais souffrir de son intoxication potentielle.

Mais, c’est à condition qu’il soit protégé de ce qui peut tout déclencher, à savoir, un vaccin contenant des métaux lourds, ou tout autre exposition excessive à du mercure ou de l’aluminium.

Les religions qui protègent de la toxicité

En fait, aux Etats-Unis, les Amishs de Pennslylvanie, qui ne vaccinent pas leurs enfants, ne connaissent pas l’autisme. Ils ont peut être une hérédité favorable…mais en fait, un autres groupes d’enfants non vaccinés pour des raisons religieuses, (et pas Amishs), 35000 enfants qui sont scolarisé à la maison, ne connaissent pas non plus l’autisme, de même que l’asthme, les allergies et le TDAH qui sont quasi inexistants.

Dans le reste de la population, celle qui a été vaccinée, ces maladies sont devenues des classiques, que ce soit sous une forme légère ou sévère.

Les « victimes » de la toxicitée sont reliées entre elles par des causes communes :

  • Prédispositions génétiques
  • Maladie durant la vaccination
  • Prise d’antibiotiques pendant la vaccination
  • Exposition à des toxines environnementales
  • Exposition aux toxines in utéro
  • Déficiences nutritionnelles ou excès
  • Exposition à des virus ou bactéries
  • Allergies
  • Problèmes d’auto-immunité.

 

Prévenir ou guérir?

Tout ça pour vous dire que si il est très difficile de se prémunir de ce que l’on respire, à moins d’aller vivre au fin fond du Larzac ou sur l’Anapurna, il est très possible de contrôler ce qui est infligé à l’organisme en formation de vos bébés.

Il est cependant possible de réparer les dégâts, mais c’est  très long, demande beaucoup d’efforts et de discipline de la part de toute la famille.

De plus, il est important  d’être accompagné par un thérapeute qui connaît les procédures et les protocoles dépourvus de médicaments qu’il faut alors appliquer méthodiquement pendant plusieurs mois.

D’où l’importance d’être éveillé au problème dès la grossesse pour procéder au maximum de prévention et éviter de devoir, plus tard,  « réparer » l’équilibre de votre enfant.

Un des outils les plus importants reste un traitement anti-fongique, indispensable à la réparation du système digestif inflammé, à suivre conjointement avec une chélation qui favorisera le décollage des métaux lourds incrustés dans les tissus adipeux de l’organisme.

Et vous, n’avez vous pas dans votre entourage des enfants qui souffrent de toxicité? Si vous regardez bien…

 

 

There was an issue loading your timed LeadBox™. Please check plugin settings.
There was an issue loading your exit LeadBox™. Please check plugin settings.

Incoming search terms:

  • probleme vaccine infanrix quinta
  • assimilation de mercure et aluminiumnourrisson
  • vaccin aluminium autisme cerveau
  • quantité aluminium infanrix quinta
  • protocole drainage vaccin tetravac acellulaire
  • pentavac phosphate calcium
  • neisvac autisme
  • injection mercure bébé
  • infanrix hexa mercure ou pas
  • bcg nourrisson mercure aluminium