Entrez votre mot clé dans la case de recherche pour trouver les articles qui en parlent

L’échec de la médecine conventionnelle

« Mon docteur », « notre médecin de famille »…

Il est étrange combien ces deux appellations me semblent aujourd’hui désuètes et si loin de ce qu’elles signifiaient quand j’étais petite. Je n’ai jamais eu de très bons rapports avec les médecins parce que j’ai été tellement malade que je subissais surtout les examens douloureux associés au fait de ne pas me sentir mieux pour autant. J’étais en apparence en bonne santé alors que j’étais loin d’être bien à tous les niveaux.

Quoi qu’il en soit, je passais ma vie chez le médecin et divers spécialistes et en grandissant, il me semblait normal d’avoir recours au médecin comme on va se confier à un ami fiable.

Quand j’y pense, j’ai eu la chance de changer de pays et d’avoir à apprendre à me débrouiller seule, sinon, j’aurais sans doute fini par être une victime supplémentaire de la surmédicalisation et de la confiance aveugle en la blouse blanche.

Je vous raconte cela parce que j’ai sous les yeux les résultats d’une enquête sur l’impact du système de santé sur la capacité des médecins à guérir qui que ce soit.

Cela concerne les médecins américains, mais je pense que leur cas peut tranquillement s’appliquer à n’importe quel autre praticien de médecine conventionnelle.

Sur 13000 praticiens interrogés, 87% sont d’accord pour dire que la profession médicale est en déclin, 58% ne recommanderaient pas cette carrière à leurs enfants, 34% aimeraient se recycler dans autre chose, et 82% pensent que les médecins n’ont que très peu de moyens de changer le système de santé actuel.

La proportion de médecin en burn out augmente. D’après une étude de la Mayo Clinic, la satisfaction des médecins vis à vis de leur vie professionnelle est passée de 49% à 41% comparé à d’autres études antérieures.

Il se trouve qu’ils passent moins d’1/3 de leur temps en face à face avec les patients

Ils passent une à deux heures de leur temps personnel à la maison pour terminer la paperasse

¼ des médecins passe 11 à 20 heures par semaines en remplissage de paperasse non clinique.

 

La médecine conventionnelle échoue.

On ne peut pas guérir quelqu’un en le voyant moins de 15 minutes et en lui prescrivant des médicaments.

On ne peut pas construire une relation de confiance avec quelqu’un en aussi peu de temps. Le problème c’est qu’une médecine impersonnelle produit des soins tout aussi impersonnels, donc, généralisés et pas forcément ceux dont vous, avec vos spécificités, avez besoin.

Le style de vie, nos relations avec notre entourage, notre famille, nos collègues de travail, tout cela devrait être pris en considération, ainsi que nos blocages émotionnels, nos éventuels traumas, nos croyances profondes, notre niveau d’exercice etc…et tout cela n’a pas sa place dans 8 minutes de consultation.

La médecine d’aujourd’hui fonctionne comme une industrie donc les principaux bénéficiaires ne sont pas les patients.

Il est loin le temps où le médecin connaissait ses patients. Il prenait le temps.

Alors aujourd’hui ils prescrivent des tests, des analyses, des procédures souvent en excès pour se protéger des plaintes, du manque de bon résultats : il a des résultats de tests qui prouvent qu’il a cherché à savoir. Mais les tests malheureusement sont loin de suffire et ne sont pas toujours fiables. Ici, aux Etats Unis, on estime que cette sur-prescription de tests coute environ 46 milliards tous les ans. Pour rien.

A coté de cela, le manque de connaissance de leurs patients les empêche de faire les bons tests. Ceux qui réclament qu’on y réfléchisse au lien de penser à ce qui semble le plus évident, ou simplement, à la mode. (oui, il y a des modes, dictées par la sortie de certains médicaments).

 

 

A quoi devrait ressembler un bon modèle de soin médical ?

 

Diminuer l’influence pharmaceutique : les compensations en nature, les diners et diverses stimulants lient les médecins à certains laboratoires pharmaceutiques.

L’intérêt premier du patient se retrouve au second plan dans le choix des traitements largement dominés par la prise de médicaments, dans tous les cas.

 

Enfin s’évertuer à soigner et non à éliminer les symptômes : pour le moment, les médecins n’ont pas le temps ni les moyens de véritablement traiter une insomnie ou une maladie auto-immune ! Tout ce qu’ils peuvent faire c’est supprimer les symptômes avec des drogues qui imposent un comportement spécifique à l’organisme, une illusion de mieux être.

 

Changer l’optique des assurances santé : de plus en plus de remboursement concernent des traitements illusoires et non ce qui va éviter une prise de médicament à vie.

On parle de plus en plus de prévention, mais rien n’est fait au niveau des remboursements pour la faciliter. Les mutuelles ont besoin de solutions alternatives qui font prévaloir la santé devant la rentabilité.

 

Mettre en avant une approche holistique du soin médical : idéalement, si un médecin est indispensable pour établir un diagnostique, un patient devrait être assisté par un nutritionniste, un coach et d’autres professionnels qui forment une équipe dédiée à l’amélioration de sa santé à tous les niveau, inclus son état émotionnel et son niveau de stress. Et pour le moment…c’est à l’état embryonnaire !

Pour vous, quel serait le meilleur modèle du soin médical ?

Related posts

3 comments

  • bonjour Cécile,

    Le meilleur moyen de se soigner, ce serait que le docteur prenne son temps de parler, d’osculter, analyser les prises de sang , on les lit, oui bon c’est bon, je vois la différence avec mon thérapeute chinois, il pose des questions sur tout, les selles, mal au ventre, la langue, les urines de quel couleur etc…; celà dure au moins 20 mn, votre moral, vos soucis, seulement après il commence à prendre le pouls chinois !!!!!!!!!!!! , nos docteurs ne prennent pas tout ce temps, en 10 mn, c’est fait, ce qui m’énerve le plus à la fin de la consultation , VOUS VOULEZ QUOI DE PLUS, je lui réponds à chaque fois, c’est à vous de savoir pas à moi. Je me crois au supermarché !!!!!! je sais, je connais des personnes qui font leur LISTE !!!!!!!!!!!

    les chaussettes ou bas de contention, c’est 4 paires par AN , la pharmacienne m’a dit , au bout de 2 lavages, ça ne fait plus effet, alors au bout de 3 mois avec la meme paire, celà revient à ne rien mettre ;

    voilà

  • je connais un couple de docteurs qui ont 3 enfants, TOUS REFUSENT D ETRE MEDECINS, Etre docteurs de notre temps ce n’est plus de la medecine, c’est un business, c’est triste et affolant

  • Bonjour,

    Mon commentaire sera simple.
    OUI j’approuve complètement que la médecine est un passage obligé pour obtenir des substances chimiques et ça s’arrête là.
    Expérience personnelle faite car aujourd’hui je ne prends plus de métoject pour ma polyarthrite rhumatoïde et ça fait 15 jours que j’ai arrêté le levothyrox pour mon hypothyroïdie.
    Je prends 1 feuille de nori par jour et je m’habitue grâce aux conseils de Cécile et la lecture de ses livres à manger propre.
    Résultats j’ai retrouvé une forme extraordinaire tant physique que morale.
    Mais dites-vous bien cela se fait sur la longueur car il y a plein d’habitudes à changer et il faut lutter contre le regard des autres !!!
    Au lieu d’écouter le médecin comme unique solution apprenez à vous connaître et à savoir comment votre corps fonctionne.
    Merci cécile et à très bientôt sur les webinaires.

    Delphine

Leave a Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.




Et si vous vous donniez les moyens de prendre le pouvoir sur votre santé? Demandez-le moi ici et je vous envoie un livre dont c'est justement le sujet...

New Graphic
Top