Entrez votre mot clé dans la case de recherche pour trouver les articles qui en parlent

Le bonheur : la clé pour retrouver la santé

Il y a une trentaine d’année, lorsqu’un médecin n’arrivait pas à élucider votre problème, il vous disait que c’était dans votre tête et vous prescrivait des anti-dépresseurs. Le bonheur illusoir à coup de pilules.

D’après ce que je lis dans vos lettres, c’est encore un peu le cas et je peux comprendre à quel point ce genre de réponse est frustrante. Parce que tout compte fait, les anti-dépresseurs n’ont jamais guéri qui que ce soit…surtout quand on consulte parce qu’on a physiquement mal quelque part.

Et pourtant, aujourd’hui, lorsque l’on vient me voir pour résoudre des problèmes très physiques, comme des problèmes digestifs quotidiens insolubles, je pose des questions relatives aux émotions. Parce que l’état émotionnel va tout simplement confirmer la présence des problèmes digestifs en questions…mais ça sera le cas aussi en cas de n’importe quelle maladie auto-immune.

C’est la grande différence entre une approche symptomatique et une approche holistique.

Une approche holistique va prendre en compte votre santé émotionnelle, l’indispensable santé émotionnelle.

Votre niveau de bonheur, de gratitude quotidienne, de capacité à reconnaitre que la vie est belle, influent directement sur le niveau d’énergie de vos organes, la façon dont l’énergie va circuler dans tout votre organisme, et si elle ne circule pas, le niveau de douleur qui s’en suivra.

C’est pour cela que commencer par rééquilibrer votre état émotionnel est souvent ce qu’il y a de mieux à faire pour s’attaquer à vos douleurs physiques.

 

Changer l’émotionnel pour s’attaquer au physiquevieux

Je ne suis pas la seule à le dire : c’est une vérité enseignée par la médecine chinoise, et aujourd’hui, clamée par des coachs tels que Tony Robbins, ou des chercheurs issus des plus grands universités américaines.

Tous ces grands noms de la santé et de l’atteinte du bonheur parviennent à rendre leur équilibre à des milliers de personnes simplement en les aidant à changer leur vision de la vie, de leur vie, à travers la qualité de leur état émotionnel.

En effet, votre santé émotionnelle est étroitement liée à votre état physique : une personne émotionnellement déséquilibrée aura bien plus de chances de développer une maladie chronique voire auto-immune (je sais de quoi je parle : j’y suis passée…).

Bien sur, c’est quelque chose qui concerne de près les personnes atteintes de candidose, même si cette dernière peut se manifester de façons diverses aussi bien au niveau physique qu’au niveau émotionnel.

Bien sur, il y a des prédispositions au bonheur.allergies

Mais il y a mieux : on a démontré que le bonheur a un impact sur nos gènes, et que notre attitude physique a un impact sur notre capacité à être heureux! Tout est lié!

Si vous adoptez une mauvaise posture, si vous négligez votre corps, vous avez alors plus de chance d’avoir des idées noires.

Et si vous oubliez le mode d’emploi du bonheur, vous finissez par altérer votre capacité à résister aux envahisseurs pathogènes, et verrez votre système immunitaire devenir défaillant.

Par contre, il suffira que vous retrouviez un profond sens du bonheur (ça se cultive, comme un muscle) pour faire remonter votre réponse anti-virale et vos anti-corps.

La meilleurs illustration est sans doute l’amour : à part dans Love Story où l’héroine meurt foudroyée par un cancer qu’elle avait sans doute avant d’avoir rencontré l’homme de sa vie, il est rare de voir des amoureux malades!

Si vous avez déjà vécu cet état second et de béatitude que l’on ressent durant les premières semaines d’un nouvel amour partagé, vous savez de quoi je parle. On ne tombe pas malade lorsque l’on est amoureux.

C’est après quelques années que les blessures enfouies finissent par se manifester physiquement…surtout lorsqu’elles ont une origine génétique.

 

Ceux qui naissent génétiquement heureuxméditation

A ce sujet, des études suggèrent que certaines personnes naissent plus heureuses que d’autres. On a étudié 1000 paires de jumeaux adultes à l’université d’Edimbourg, pour arriver à la conclusion que les gènes sont responsables à 50% de notre niveau de bonheur.

Cette conclusion n’est pourtant pas une fatalité : n’importe qui a la capacité d’améliorer la qualité de sa vie émotionnelle, de son ressenti quotidien, de sa capacité à être heureux.

J’ai la chance ici aux Etats Unis d’être en contact avec des spécialistes du bonheur qui m’enseignent des techniques transformationnelles ayant un impact énorme sur les émotions.
Il serait trop long de vous les exposer ici, mais voici cependant des règles de l’art qui peuvent vous mettre, avec un peu d’entrainement, sur la bonne voie (à condition que vos douleurs physiques et émotionnelles ne représentent pas toute votre identité..).

Voici ce que les personnes qui ont décidé de ne plus laissé la priorité au malheur dans leur vie pratiquent au quotidien :

1. S’accepter et ne pas vivre en fonction du regard des autres.
La force vient de l’intérieur. Le niveau d’acceptation des autres est une chose, mais ça n’est pas cette validation et cette quête de validation qui vous rendra heureux. Parvenir à se sentir à l’aise et fort dans notre amour propre est la clé de la réussite de nos relations avec les autres et de notre capacité à réussir notre vie.

2.   Laissez les petites chose glisser comme sur les plumes d’un canard.
Il est des circonstances qu’on ne peut pas contrôler ou qui n’ont pas tant d’importance que ça au final. Il faut savoir relativiser…se simplifier la vie. Je pense à ceux qui vivent dans la quête de la perfection, dans l’angoisse de l’échec ou du jugement des autres. Résister au besoin de tout contrôler, lâcher prise est un art qui peut demander des efforts conscients mais qui vous libère d’une multitude de circonstances parasites, de problèmes qui n’ont sont pas vraiment et de toutes les déceptions qui viennent avec. Donner la priorité à ce qui est vraiment important.

3.    Surveillez votre niveau de stress.
Evidemment, il s’agit de ne pas se stresser inutilement. L’acceptation de soi et le tri dans les circonstances de la vie sont d’ailleurs des points cruciaux dans votre capacité à subir ou pas un stress inutile.
Lorsqu’on est stressé, on a bien plus de mal à se contrôler et à ne pas devenir victime de nos émotions négatives. Respirer consciemment est une très bonne façon de se déconnecter l’esprit, surtout, si vous respirez une huile essentielle notoirement anti-stress comme la rose, l’ylang ylang ou le jasmin.

4. Prenez les difficultés de la vie dans le bon sens.
Les épreuves de la vies ne sont sur notre chemin que parce que nous avons la capacité de les affronter et parce que nous avons besoin de ce type de résistance pour nous développer, tout comme un athlète a besoin de la résistance de ses poids pour développer ses muscles.
Lorsque des difficultés se présentent, prenez les comme des opportunités de développement, et surtout, n’ayez pas peur de vous tromper. Les erreurs offrent des leçons de qualité qui vous permettent d’aller encore plus loin dans cette capacité de développement.

5. Soyez flexible
Tout ce que je viens d’énumérer vous rappelle combien à la base de votre capacité au bonheur  il y a votre flexibilité. Etre flexible signifie que vous gardez un esprit ouvert et que vous savez vous adapter à ce que la vie met sur votre chemin. Le bonheur dépend aussi de votre façon de voir le verre à moitié plein…et pour cela, il faut de la flexibilité.

6. Donnez-vous des buts bien précis
Accepter la vie comme elle vient est une chose…surtout lorsque l’on est flexible. Mais définir ce que l’on veut au lieu de ce que l’on préfère éviter, change tout.
Si vous parvenez à identifier et définir ce que vous souhaitez atteindre dans votre vie et que vous ne pensez jamais à ce que vous ne voulez pas vivre, le positif se manifestera.

Un exemple : si vous vivez avec la hantise de développer le cancer qui a fait mourrir votre mère prématurément, qu’on vous rappelle sans cesse que vous êtes à risque et que vous devez régulièrement vous faire tester pour vérifier qu’il ne vous arrive rien…il y a alors malheureusement bien plus de chances pour que vous développiez une maladie qui prendra toute la place dans votre vie.

Si par contre vous choisissez de vivre une vie saine et heureuse, vous n’aurez pas la même attitude mentale : votre vie ne sera pas basée sur la peur permanente de tomber malade, mais bien sur la quête de la santé et du bonheur.

7.  Contrôler la situation.
Il y a contrôle et contrôle..vous l’avez compris. On peut contrôler la situation et cependant être flexible…
Ce que je veux dire par contrôler la situation c’est de ne pas laisser la vie décider pour vous de quoi elle va être faite.
Une fois que vous avez défini vos buts, ce que vous souhaitez atteindre, il ne vous reste plus de décider de la façon d’y parvenir et de prendre des décisions calculées pour que ça se passe pour le mieux. Ne subissez pas votre vie. Donnez vous les moyens de la vivre avec passion.

En un mot : choisissez le bonheur et la santé sur la médiocrité et la maladie.bonheur
C’est l’intention d’être heureux qui fait toute la différence. Le bonheur et surtout, la gratitude d’être en vie, élèvent le niveau vibrationnel de vos cellules, de vos organes. Chaque émotion a sa signature vibrationnelle et son impact sur votre corps.

Ce que vous devez savoir c’est que votre corps ne fait pas la différence entre une émotion déclenchée par une expérience, et une émotion cultivée consciemment et fabriquée suite à un processus contrôlé, presque sur demande.

Un bon exemple est cette étude menée à l’université de Berkeley, en Californie, sur des personnes déclarées dépressives cliniques : on leur a demandé de se mettre devant un miroir et de se regarder sourire de toutes leurs dents pendant 20 mn, tous les jours. En 10 jours, plus de la moitié de ces cobayes n’avait plus besoin d’anti-dépresseurs ou d’autres médicaments.

Vous pouvez facilement augmenter votre immunité en cultivant votre bonheur, tout simplement en exprimant votre gratitude. La reconnaissance d’avoir des amis, des parents qui vous aiment, de pouvoir respirer des fleurs, sentir la rosée du matin sous vos pieds, profiter de la première gorgée de bière un jour de grosse chaleur, vous sentir vibrer en écoutant votre musique favorite etc…et ce, pendant 3 minutes tous les jours.

Pour vous aider : identifiez votre huile essentielle favorite, celle qui fait invariablement surgir une émotion positive.images-2

Cela peut être tout simplement une lavande, ou comme pour moi, le mélange angélique racine et patchouli…mettez de cette huile (ou de ces huiles) au creux de votre poignet et plongez y votre nez régulièrement. Associez cette odeur avec votre sentiment de gratitude.

Notez au jour le jour ce qui se passe dans de positif dans votre vie et regardez-la embellir devant vous.

Inscrivez-vous au Club Equilibre Naturel!

vignette coaching S

Tags: , , , ,

Related posts

Méthode Yuen en France

  Info incontournable pour les praticiens à la qui souhaitent se démarquer des autres!...

3 comments

  • Merci pour ce post tellement vrai! J’ai eu plus jeune tellement de soucis de santé jusqu’à ce que je rencontre un médecin (un spécialiste ORL!) qui me regarde droit dans les yeux et me dise que ça ira mieux une fois que ma prépa sera terminée. Le stress, l’angoisse et tous les symptômes se sont effectivement envolés et grâce à lui j’ai évité bien des médocs.
    Et c’est vrai qu’on peut modifier son niveau de bonheur. C’est un acte volontaire. Mathieu Ricard l’explique vraiment bien dans « L’art du bonheur »: il y a des gens qui sont nés avec… et il y a les autres. Ca se niche dans le développement du cerveau gauche. Mais là où c’est magique, c’est qu’on peut « muscler » cette partie du cerveau et faire mentir la génétique et les acquis et ça c’est la magie de la vie! La pensée positive, même si elle peut paraître naïve ou enfantine à d’autres a de réelles répercussions sur nos vies: il faut agir, comme ces gens qui se sourient, forcés, devant le miroir 😀

  • Tout cela est vrai. Cependant, Tony Robbins, Mathieu Ricard ou même ce que nous disons a eu des antécédents: les trois vertus cardinales enseignées par l’Eglise comprennent l’espérance, qui est aussi joie, et qui va de pair avec la Foi, elle-même vecteur de pensées positives. On n’invente rien, on reformule. Cela nous relie à un merveilleux don qui nous est fait depuis toujours et dont on s’est moqué longtemps; on l’a même éradiqué de nos institutions, ce fut la Révolution française. On a pensé que la prière n’était que superstition, tandis qu’on sait que la ferveur influe sur les choses, Masaru Emoto l’explique, comme d’autres expériences l’ont démontré.
    En tant que coachs, nous savons nous-mêmes bien que la pensée est source de matérialité. N’est-il pas écrit: « Au commencement était le Verbe » ?

    • Cher Rémy, vous avez tout à fait raison : tout n’est qu’une histoire de point de vue et de formulation. J’ai la chance d’être coachée par Tony Robbins, d’avoir lu tout Mathieu Ricard (que j’ai aussi rencontré) et de pratiquer et d’enseigner que la pensée, les émotions, sont indissociables de ce qui se passe dans notre corps. Quelle plus belle preuve de matérialité de la pensée (elle même source d’émotion)?

Leave a Comment

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.




Top