Entrez votre mot clé dans la case de recherche pour trouver les articles qui en parlent

Les 9 menaces de notre équilibre hormonal

 

Les produits chimiques trouvés dans les bouteilles en plastique et certains produits nettoyants peuvent créer le chaos dans votre organisme en imitant ou en interférant avec les hormones naturelles.

Pour vous assurer de préserver ou rétablir votre équilibre hormonal, le mieux est de connaître les ennemis de votre équilibre.

Quelles sont les substances  dont il faut se méfier?

 

  1. Le BPA, Bisphénol A.

On le trouve communément dans les bouteilles en plastique, les aliments en boite et les reçu qu’on vous donne à la caisse.

Ce BPA peut avoir un effet négatif sur le développement du cerveau et les fonctions de reproduction, ce qui est surtout un problème chez les jeunes  enfants.

  • Comment ça marche ?

Le BPA est un xenoestrogène qui se colle contre les récepteurs d’œstrogène du corps ce qui est suffisant pour faire basculer l’équilibre précis des hormones sexuelles des femmes. En effet, lorsqu’on est en contact avec un nombre excessif de xenoestrogènes on produit trop d’oestrogènes, ce qui déséquilibre du niveau de nos progestérones. On commence alors à souffrir de dépression, d’irritabilité, d’insomnie et de prise de poids voir de toute une cascade d’autres effets négatifs.

  • Comment se protéger ?

La meilleure solution est encore de ne choisir que des bouteilles en verre et choisir les boites de conserve portant la mention ‘sans BPA ‘.

Aussi, n’utilisez pas de container en plastique dans le four à microondes.

Ces conseils sont particulièrement valables si il y a des antécédents de cancers sensibles aux oestrogènes (sein, utérus, ovaires)

 

2. L’atrazine

Pesticide principalement identifié sur les récoltes non-organiques, en particulier le maïs et le soja, interdit en Europe, mais présent sur les produits cultivés aux Etats Unis et importés en Europe comme les fraises, pommes, céleri, pêches, épinards, nectarines, raisins, poivrons, pommes de terre, myrtilles et laitue.

Ses effets indésirables concernent le système nerveux et reproducteur chez l’humain et l’animal.

Quoi faire ? Manger bio…ou vraiment bien laver les fruits et légumes importés.

3. Les dioxines

En gros, ce sont de bon vieux rejets industriels, ceux qu’on trouve partout dans le monde et qui s’accumulent dans les tissus graisseux des humains et des animaux.

On les appelle aussi PCDD, PCDF ou TCDD, mais tous font partie de la même famille de produits chimiques qui font baisser le niveau de spermatozoïdes mais augmenter le taux de cancer du sein et tout un tas de problèmes développementaux et reproducteurs.

On a tous remarqué que les signes de puberté se déclenchent beaucoup plus tôt chez les jeunes filles, et parfois dès l’âge de 8 ans…et la plupart du temps chez des familles où l’alimentation est basée sur la viande rouge et les produits laitiers.

C’est pourquoi, pour vous protéger, il faudra limiter au maximum votre consommation de viande rouge ou choisir au moins les viandes bio ainsi que des produits laitiers bio.

4. Les PCB ou biphenyls polychlorinés

On les trouve dans la fibre de verre, les équipements électriques, les peintures à l’huile, les vernis pour parquet, les adhésifs et les ampoules fluorescentes (en plus du sol et des nappes phréatiques).

On a fait le lien entre les PCB et le cancer du foie et de l’estomac, mais surtout avec les problèmes d’immunité, des systèmes reproducteurs, nerveux et endocriniens, ce qui concerne en tout premier lieu les femmes qui sont à risque de développer de l’endométriose.

Trouvez les pages qui donnent tous les détails sur ce sujet ici.

On a beau remplacer les anciennes lampes par des neuves, il y a tout de même de fortes concentrations de PCB dans les sédiments de lacs et rivières, ce qui contamine les gros poissons de rivière.

Quoi faire ? Manger des sardines…

5. Les phtalates

On les trouve surtout dans les jouets, les emballages alimentaires (Nutella), les  détergents, certains produits de beauté, les rideaux de douche et les adhésifs.

Ces produits chimiques sont utilisés pour plastifier les produits que je viens de citer.

Ce sont des carcinogènes notoires et des perturbateurs endocriniens, particulièrement en ce qui concerne le développement du jeune garçon, à n’importe quel stade de la croissance, dès la grossesse.

Les phtalates peuvent perturber le développement nerveux du fœtus mal dès la huitième semaine de gestation en s’accrochant à des récepteurs d’androgènes.  C’est le genre d’anomalie qui peut perturber le niveau normal de testostérone du bébé au point qu’il de mette à développer des caractéristiques sexuelles féminines, même si son code génétique est XY.

Quoi faire ? Ne pas utiliser n’importe quels produits ménager quand on est enceinte (utilisez le vinaigre blanc, les huiles essentielles pour désinfecter, le bicarbonate de soude), et privilégier les produits de beauté sans parfum (parfumez les avec des huiles essentielles)…et faites votre pâte à tartiner maison!

6. Les perchlorates

On trouve ces sels dans l’eau des villes. Sans odeur, sans couleur, ils se trouvent naturellement dans l’environnement mais il arrive qu’ils se concentrent et provoquent des déséquilibre thyroïdiens, en particulier chez les femmes, en perturbant la façon dont la thyroïde utilise l’iode pour son équilibre. Les concentrations de perchlorates pourraient expliquer en partie l’épidémie actuelle de femmes souffrant d’hypothyroidisme et de malfonction thyroïdienne. Les symptômes de ces déficiences  incluent la fatigue, une digestion ralentie, la prise de poids, une peau sèche, une sensation constante de froid et une incapacité à se concentrer.

Quoi faire ?

Evidement, il n’est pas aisé d’éviter les perchlorates. Aussi, ayez l’iode à l’esprit ! Prenez l’habitude de consommer des algues, des fruits de mer très iodés comme les oursins ou les huitres, des multivitamines contenant du zinc, de l’iode et du sélénium. En aromathérapie, la myrthe verte (myrtus communis) aide à régulariser la thyroïde : en massage sur la gorge, le matin, 3 gouttes dans un peu d’huile de base.

7. les PBDE ou Ethers diphenyl polybrominatés

On  trouve ces retardeurs de flamme communément dans les vieux canapés, les futons, les sièges d’auto, l’électronique et la moquette. Bien qu’ils aient été bannis de plusieurs pays, on les trouve encore dans des broquantes, des puces, dans les greniers, ainsi que dans la poussière des vieilles maisons.

Ils sont responsables de problèmes dans le développement du cerveau et dans la production des hormones thyroïdiennes et de reproduction.

Quoi faire ?

Equiper son aspirateur d’un filtre HEPA et éviter d’utiliser des vêtements traités anti-flammes.

8. Le triclosan

On le trouve dans les savons antibactériens, les dentifrices, les liquides vaisselle et autres produits nettoyants pour la maison.

Encore un produit qui interfère avec l’expression de la testostérone et qui affecte les hormones thyroïdiennes.

Les institutions ne se sont pas encore décidées à interdire ce type de produits, mais vous pouvez agir de votre coté en :

Utilisant des produits naturels comme le savon de Marseille, des huiles essentielles (lavande, arbre à thé, romarin, thym, géranium) et du vinaigre pour désinfecter la maison et les bobos à la place des produits chimiques (comme le gel désinfectant…).

9. Les calories vides

On les trouves dans les snacks industriels, les bonbons, les sodas

Consommer trop de calories vides peut perturber l’équilibre délicat entre leptine et Ghreline, les hormones qui nous disent quand on est plein et quand on a faim.

Dans le cas des obèses, on s’est rendu compte qu’ils n’avaient jamais vraiment faim et ne se sentaient jamais rassasiés…ils perdent le sens du moment où ils devraient manger et s’arrêter. Alors, ils mangent tout le temps, avec des envies subites pour du salé puis du sucré, sans se sentir satisfaits. C’est ce qui les rend à la fois de plus en plus gros et insulino résistants, puis diabétiques.

 

Quoi faire ?

Apprendre à cuisiner les vrais produits entiers.

Les produits entiers bio, les viandes maigres, les bonnes graisses, les fruits et légumes frais, le moins de blé et de sucre possible restent nos meilleurs aliés. Attendez d’avoir faim pour manger et évitez de vous resservir d’un plat.

Si vous vous réveillez sans avoir faim c’est que vous avez besoin de remettre les pendules de vos hormones à l’heure.

Lisez les pages qui vous disent comment protéger naturellement votre équilibre hormonal ici.

 

 

Vous avez aimé ces pages? Alors lisez les autres dès qu’elles paraissent en vous abonnant gratuitement à la newsletter du club!

CADEAU ! Recevez gratuitement des tas de recettes équilibrantes en vous inscrivant à la newsletter du Club!

Tags: , , , ,

Related posts

Méthode Yuen en France

  Info incontournable pour les praticiens à la qui souhaitent se démarquer des autres!...

Untitled

  La notion de base que l’on a communément de l’inflammation est qu’elle est...

10 comments

  • […] Je parle de ces substances en détail ici. […]

  • Bonjour Cécile,

    Pas facile de manger santé en se méfiant de tous ces produits chimiques. On pense bien faire en mangeant des fruits et des légumes, des produits céréaliers et laitiers (pour ceux qui les tolèrent, mais ce n’est pas suffisant), même si on choisit le plus possible des produits bio.

    Je consomme de l’eau en bouteille ou distillée parfois, mais le plastique n’est pas bon à cause de certains produits chimiques, etc.

    Ce qui me console c’est que je fais de mon mieux dans les circonstances et je mange des sardines….

    Je me dis aussi que les produits qui interfèrent avec la testostérone ne me concernent pas. Ça fait ça de moins…

    Sco! 😉
    P.S. Super ta boîte pour les commentaires!

    • Et oui! Tout ça devient un vrai casse tête. Et nous sommes tous différents, et nous réagissons tous différemment à tout. Cependant, nous sommes tous menacés par les mêmes cochonneries….et celles là nous concernent tous car au fond, nos machines internes sont toutes les mêmes, fabriquées sur le même moule…Alors exit l’eau en bouteille, le mieux étant d’avoir un filtre sur le robinet, exit les produits laitiers, le blé, le boeuf industriel…et vive la sardine! Chère petite bête…heureusement qu’elles sont nombreuses, on en a bien besoin.
      Merci de m’avoir prévenue pour le bug de ma boite!
      Cécile

  • Bonjour Cécile,
    Je suis ravie de pouvoir enfin mettre mon commentaire. D’ailleurs je ne me souviens plus très bien de ce que je voulais écrire.
    Tu éclaires notre lanterne sur toutes les cochonneries que nous trouvons au quotidien dans ce que nous avalons depuis le berceau.
    Même si notre corps réagit bien, à la longue il sature et là commence les ennuis.
    Et tu ne parles pas de tous ce que l’on trouve dans les viandes, légumes et fruits.
    Ce sera peu-être dans un autre article.
    Bonne journée.
    Danièle

  • Bonjour Cécile

    En lisant la, hélas !, longue lisrte de cochonneries que nous ingurgitons comme dit Danièele, on arrive à se demander : mais diable qu’allons-nous ou pouvons-nous manger qui ne soit pas pollué ? Pas grand chose j’en ai bien peur.

    Ici à Lisbonne, nous avons un supermarché BIO mais ab-vec la crise (qui frappe le Portugal de plein fouet) ils manquent souvent de produits et je me rabats sur les autres “cochonneries” mais que faire ?

    Après avoir lu ton article bien documenté et facile à lire, je vais vraiment réflèchir sur ce que je peux faire ici, je te tiens au courant et bravo pour cet article que j’aierais partager sur facebook

  • Bonjour Cécile,

    Merci et bravo pour ces mises en garde. La tendance actuelle est d’être tellement découragé devant ce type de liste que nous préférons nous dire que, finalement, on ne peut pas tout supprimé, qu’il faut arrêter la paranoïa, etc. Pourtant, c’est tellement important de faire la chasse aux poisons qu’on nous sème impunément dans notre alimentation et notre environnement !
    Si je peux me permettre d’ajouter mon grain de sel, je suggérerais, pour les personnes qui ne peuvent se permettre d’acheter tous leurs fruits et légumes bio, de les laisser tremper dans une cuvette d’eau additionnée d’une petite poignée d’argile verte. Celle-ci va les débarrasser de leurs toxines et poisons en 15 minutes… C’est tout de même une bonne nouvelle, non ? Bien sûr, il ne faut pas réutiliser cette eau plusieurs fois ni en arroser nos plantes ! Elle n’est pas non plus potable pour les animaux !!!
    Je retiens aussi la myrthe verte dont c’est la première fois que j’entends parler !
    Merci et bravo pour ce très bel article qui va alimenter le cercle (très ouvert !) de conscience de ceux et celles qui veulent savoir à quel sauce on les mange.

  • Bonjour Cécile,

    Je vois en lisant ton article que j’ai encore plus de précautions à prendre, et quelques habitudes de vie à encore améliorer.
    Mais je tiens le bon bout!

    Merci pour toutes ces informations.
    Bien amicalement,
    Christine

  • […] parle dans mon article sur les danger de l’environnement sur notre équilibre hormonal…à croire que j’étais bien en dessous de la […]

  • Bonjour Cécile,

    Un article bourré d’informations utiles !
    Je pense qu’il faut néanmoins ne pas trop se prendre la tête sur tout ce qui peut nous empoisonner au quotidien. Certes, il y a des risques avec de nombreux produits. Mais je pense qu’il est tout à fait possible de vivre sainement en adoptant une alimentation équilibrée sans toutefois faire attention à tout ce que l’on consomme, respire et touche.

    Bien amicalement,
    Dorian

    • Oui, Dorian, je sais qu’il ne faut pas trop se prendre la tête comme tu dis…c’est ce que je fais! Mais je rencontre pas mal de gens qui souffrent de plus en plus de déséquilibres bizarres, et une bonne façon de leur permettre de continuer à vivre le mieux possible dans un environnement où quoi qu’on fasse, on est condamné à absorber des cochonneries, est de leur apprendre à ne pas prendre de médicaments. Donc à utiliser les alternatives naturelles qui vont les aider dans leur récupération mais aussi dans la protection de leur organisme pour mieux s’armer contre les “attaques” extérieures.
      Telle qu’elle est présentée en France, l’aromathérapie n’est pas démocratisée. On a peur d’utiliser les Huiles essentielles. L’industrie pharmaceutique veut préserver son gagner pain…qui entretien la faiblesse des consommateurs de médicaments. Je me bats donc contre un géant bien puissant…
      Cécile

Leave a Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.




Et si vous vous donniez les moyens de prendre le pouvoir sur votre santé? Demandez-le moi ici et je vous envoie un livre dont c'est justement le sujet...

New Graphic
Top