Entrez votre mot clé dans la case de recherche pour trouver les articles qui en parlent

Endométriose : l’aromathérapie vous aide

 

 

Une petite définition pour commencer : l’endométriose est la croissance anormale des cellules qui forment la muqueuse utérine, sur d’autre organes ou parties de l’abdomen.

On en sait aujourd’hui de plus en plus sur les causes de cette anomalie :

  • par exemple les recherches ont montré qu’une exposition à du biphenil poly-chloriné et à de la dioxine peuvent provoquer une endométriose spontanée.
  • On sait aussi que la majorité des femmes qui en souffrent n’ont jamais été enceintes, et que 30 à 40 % des femmes qui se plaignent d’infertilité souffrent en fait d’endométriose.

Il y a beaucoup de théories contradictoires qui proposent des traitements différents, la plupart du temps par la chirurgie.

Personnellement, ma formation holistique m’incite à chercher à éradiquer la cause de déséquilibre plutôt qu’à systématiquement découper et jeter les conséquences de cette cause avant qu’elles ne se remanifestent.

Les conséquences physiques :

  • Des règles douloureuses et abondantes,
  • des rapports douloureux,
  • infertilité

Comment on la diagnostique :

A l’examen manuel,

A l’échographie,

A la laparoscopie

Des causes émotionnelles

Nous nous créons nos problèmes, et même une manifestation comme l’endométriose possède une racine émotionnelle qu’il convient d’identifier et d’éradiquer définitivement.

Les diverses causes émotionnelles sont vraisemblablement liées à des limites qu’on s’impose concernant notre capacité à éliminer correctement, à se renouveler, à se détacher et laisser se détacher de soi.

 

  • Notre propreté interne

Une des première choses à vérifier est la qualité de l’élimination, la fréquence des selles : au moins trois fois par jour.

Si ça n’est pas le cas, il est impératif de commencer par régler le problème de constipation, et ce de façon non médicamenteuse (parceque le médicament n’agit pas sur le subconscient, donc pas sur le règlement de notre problème, ni sur la détoxification de l’organisme).

Lorsque la fertilité est empêchée, il faut explorer les causes liées à la peur de se reproduire, une peur qui a sans doute des racines karmiques.

La méthode Yuen ainsi que d’autres méthodes permettant de creuser dans notre subconscient (comme la kinésiologie) sont à ce niveau de bonnes réponses thérapeutiques.

 

Si vous ne disposez d’aucun praticien certifié dans ce type de méthodes énergétiques, l’aromathérapie est une aide non négligeable.

 

Les causes physiques :

En premier vient une mauvaise immunité, mais il faut aussi considérer l‘exposition aux toxines ou radiations environnementales qui imitent les œstrogènes.

Je parle de ces substances en détail ici.

  •  Ensuite viennent les facteurs familiaux ou héréditaires,
  • le manque d’exercice de longue date,
  • une alimentation riche en mauvaises graisses,
  • l’utilisation de certains stérilets
  • et un déséquilibre du niveau d’œstrogènes produits par l’organisme.

 

Voici ma suggestion de traitement de l’endométriose avec les huiles essentielles 

 

Procurez vous les huiles essentielles suivantes :

– du jasmin (jasminum grandifolium)

– du yarrow (Achillea millefolium)

– du frankincense (Boswellia thuifera)

Prévoyez un flacon opaque qui puisse se fermer, en verre teinté de préférence.

Versez-y

  • 10 ml d’huile de base de votre choix (amande, noyaux d’abricot, pépin de raisin)
  • et ajoutez-y 6 gouttes de Frankincense,
  • 2 gouttes de jasmin
  • et 2 gouttes de yarrow (achilée millefeuille).

Massez vous (ou faites vous masser) tout le corps avec cette huile, régulièrement, 2 ou 3 fois par semaine. La durée dans le temps dépend de chacune, ces huiles travaillent sur les émotions lourdes, les blessures émotionnelles, les obsessions avec le passé qui empêchent de débloquer le future.

 

  • Le Frankincense (encens d’oliban)  est l’huile essentielle directement impliquée dans le traitement de l’endométriose parce qu’elle agit à la fois sur la tonicité utérine, la dysménorrhée, la leucorrhée et la paix intérieure, l’acceptation des grands changements de la vie.
  • Enfin, il y a le Vitex, en huile essentielle mais la forme en gélule fonctionne aussi à raison de 175 à 220 mg par jour.

Il suffit souvent d’accepter de transformer sa vie ou ce qui va la transformer pour que la conception puisse avoir lieu.

En attendant, un travail sur notre équilibrage physique ne peut pas faire de mal, surtout lorsqu’on souhaite provoquer des répercussions holistiques sur tout l’organisme, jusqu’au niveau cellulaire.

S’assurer que notre organisme dispose de toute la nourriture dont il a besoin est un premier pas.

 

 

La supplémentatIon de l’endométriose

– Pour aider l’équilibre hormonal :

  • de la vitamine E sous forme d-alpha-tocopherol de 400 à 1000 IU par jour,
  •  1500 mg par jour d’ acides gras essentiels (huile de primerose).

 

– Pour aider à réparer les tissus, stimuler les défenses immunitaires, combattre le stress, augmenter l’absorption nutritionnelle, désinflammer les muqueuses et diminuer la douleur : 250 ml de Jus Tahitian Noni par jour.

– Pour stimuler l’activité des macrophages et aider à éliminer les débris cellulaires : Beta-1, 3-glucan, selon la notice d’utilisation.

– Pour aider à augmenter l’absorption du fer :

  • de l’alfalfa, fraîche en pousses ou en extrait,
  • de la vitamine C avec bioflavonoides, 2000mg 3 fois par jours.

 

Un peu de nutrition ciblée pour l’endométriose

  • Eliminez au maximum la consommation de produits à base de soja,
  • Amener votre alimentation à 50% de légumes et fruits crus, incluant des produits entiers, non raffinés, ainsi que des légumineuses et des graines entières (encore pour le fer…).

Vous avez particulièrement besoin des phyto-oestrogènes contenus dans les produits à base de soja ainsi que des fibres des fruits et légumes crus.

Tentez de jeûner 3 jours avant le début de votre période menstruelle : ne mangez rien de solide et contentez vous de boire de l’eau pure, et des jus frais centrifugés à la maison.

 

Un traitement antifongique peut faire toute la différence

Maintenant, de nombreuses études tendent à montrer qu’un traitement antifongique permet d’agir sur l’origine inflammatoire et ainsi de réduire les symptômes liés à l’endométriose, voir de la faire disparaitre.

Les médecins classiques utilisent évidement des médicaments anti-fongiques pharmaceutiques, donc entrainant des effets secondaires qui peuvent être évités si on utilise des antifongiques naturels comme le sont les huiles essentielles.

Quelques semaines d’un programme anti-fongique peuvent faire la différence et n’entrainent pas les risques encourus en essayant un nouveau traitement. Il ne s’agit que de soulager l’organisme et de donner un nouveau souffle au système immunitaire.

Si vous souhaitez vivre cette expérience, cliquez ici.

Vous avez aimé ces pages? Si oui, tenez vous au courant des nouvelles parutions et de mes dernières trouvailles en vous inscrivant la la newsletter!

CADEAU ! Recevez gratuitement des tas de recettes équilibrantes en vous inscrivant à la newsletter du Club!

 

Tags: , , , ,

Related posts

Méthode Yuen en France

  Info incontournable pour les praticiens à la qui souhaitent se démarquer des autres!...

Untitled

  La notion de base que l’on a communément de l’inflammation est qu’elle est...

18 comments

  • […] Enfin, comme je le dis plus haut, l’endométriose est une des principales causes de déséquilibre de la fertilité de la femme. Cliquez ici pour lire le dossier consacré à l&#821… […]

  • […] Trouvez les pages qui donnent tous les détails sur ce sujet ici. […]

  • Bonjour Cécile, j’ai de l’endométriose depuis 16 ans, j’ai été opérée 3 fois. J’ai malheureusement pas pu tomber enceinte. J’ai lu tout ce qui se rapporte à l’endométriose sur ton site. Par contre, je voulais savoir ou l’on peut acheter facilement les huiles essentielles dont tu fais référence pour les massages. Sinon, je prends 2 fois par jour des gélules de cyclostim (prescrit par le Dr ARNAL Bérengère, ma gynécologue qui me soigne que par des plantes ou homéopathie). Merci par avance. Je ne sais pas si tu te souviens mais je suis une amie de Faïrouz et on s’était parlé par le biais de skype (mon mari c’est Frédéric). Amitiés Patricia

  • Bonjour
    est il possible de mettre également HE de Nard Jatamansi comme anti douleur
    merci
    cordialement

  • Bonjour, Je m’interroge car vous dites d’eliminer au maximum la consommation de produits à base de soja mais en même temps vous donnez le lien vers les recettes à base de tofu et vous dites aussi “Vous avez particulièrement besoin des phyto-oestrogènes contenus dans les produits à base de soja” ?! Merci de votre eclairage !

    • Même interrogation que Sonia

      • Je relance ce post car je m’interroge également beaucoup sur le soja.
        Mes longues recherches sur internet ne m’ont pas permis d’en apprendre davantage puisque les 2 avis contraires arrivent presque à l’équivalent.
        Cependant, vu que les traitements oraux donnés pour tenter de soulager la douleur sont souvent des pilules progestatives prises en continu , je suppose que tout aliment oestrogénique n’est pas recommandé.
        Il a cependant souvent été remarqué que les oestrogènes soulageaient les symptômes de la ménopause, je me dis donc que peut-être cette polémique viendrait du fait que les oestrogènes soulageraient les symptômes secondaires de l’endométriose mais pourraient agraver sa prolifération ? (ce n’est qu’une théorie basée sur mes nombreuses recherches).
        Pour ma part, j’ai obtenu un réel soulagement et la régression d’un endométriome en stoppant tous les produits laitiers et les produits à base de gluten, en stoppant les viandes rouges et tout produits trop gras et surtout grâce à l’achillée millefeuille en teinture mère ou tisane. Cette plante est reconnue pour ses incroyables bienfaits sur la régulation hormonale des problèmes féminins et est notamment progestative.

        En ce qui concerne le soja, j’en mange presque pas donc j’avoue qu’une réponse de spécialiste ne serait pas de refus…

        • Pour partager les infos que j’ai pu lire sur les différentes théories sur le soja, et les autres plantes oestrogéniques, je voulais juste ajouter que la théorie disant que le soja serait bon pour l’endométriose s’explique par le fait que l’oestrogène produite par les plantes diffère bien évidemment de celle que produit un être humain.
          Il aurait donc été constaté que l’ingestion de ces oestrogènes permettrait d’atténuer la production de nos propres oestrogènes, nocives, en se substituant à elles.
          C’est pourquoi, adopter une alimentation projestative, cumulée avec le soja, pourrait avoir des effets bénéfiques contre l’endométriose.

          J’insiste vraiment sur le fait que je ne fais que résumer ce que j’ai pu lire sur internet, entre les blogs privés et les sites médicaux…

          Je recherche un maximum d’avis pour mieux comprendre et adapter mon mode de vie donc j’espère qu’une personne en charge de ce site aura des réponses, ou tout du moins des conseils pour nous éclairer à ce sujet.

        • Chère Mimi,
          Merci pour ces éclaircissements concernant les oestrogènes. Pour ma part, concernant l’endométriose je n’ai que de la théorie à vous offrir car je n’ai pas vraiment eu de cas que se sont présentés à moi (peut être parce que je n’en souffre pas…). Par contre, au sujet de l’achillée, je l’utilise en huile essentielle et une des raisons de son efficacité est qu’elle est très bonne pour détoxifier le foie, à la foie physiquement et émotionnellement (puisqu’elle permet d’évacuer des douleurs et colères enfouies). Pour moi, l’endométriose doit être traiter comme n’importe quelle maladie issue de la toxicité du foie.

          • Merci beaucoup d’avoir prit le temps de donner votre point de vue à ce sujet.
            Je n’avais en effet pas encore eu vent du lien avec le foie mais dans tous les cas l’achillée millefeuille possède en effet de multiples vertues et m’a également permis de soulager des violentes gastrites du duodénum grâce à son action sur le système digestif.

  • Merci pour ces infos précieuses, notamment les he.
    Je pense qu’il y a une faute de frappe concernant le soja. Je me permets de préciser que l’endométriose est alimentée par un excès d’oestrogènes, il faut donc éviter d’en “rajouter” par le biais de phyto-oestrogènes alimentaires (soja). Comme vous l’avez expliquer, il faut aussi réduire son exposiion aux xéno-oestrogènes et autres perturbateurs endocriniens contenus dans les produits de beauté…Raison pour laquelle je suis passée à une routine beauté 100% naturelle, même pour le maquillage. 🙂

  • Bonjour,

    Je ne sais pas si je souffre d’endométriose mais je remarque depuis 6 mois environ que j’ai des maux de ventre, des nausées, des écoeurements et des maux de tête fréquents.
    Je ne suis pas enceinte, mes règles restent régulières.
    Cela fait 1 an 1/2 que j’ai arrêté toute contraception. A la base je n’étais pas hyper pressée de tomber enceinte mais comme je sais que ça prend parfois du temps, je préférais laisser la nature faire les choses.
    J’ai bientôt 30 ans.

    Ces maux de ventre/ de tête / et douleurs lombaires ne sont pas forcément liées à la venue de mes règles, j’ai l’impression que c’est un peu tout le temps. Ce qui est bizarre c’est que ces maux de ventre ne concernent pas le bas-ventre, mais on dirait que ça vient de l’estomac et de l’oesophage, ça fait comme un appel d’air bizarre et ça me coupe tout appétit.
    J’ai des nausées mais ne vomis pas. Et j’ai souvent un sentiment d’oppression, un noeud, quand je respire (je pense qu’avec les news maussades actuelles mon caractère un peu anxieux en prend un coup).

    En ce moment je suis en plein dedans. Je mange presque rien et, en effet, mes règles arrivent aujourd’hui ou demain.
    Alors est-ce lié? Est-ce ça l’endométriose? En tous cas ça m’arrive aussi en dehors des règles.
    Comme je viens de découvrir cette maladie je me renseigne… et irai sans doute en parler à ma gynéco.

    Ce qui est bizarre aussi c’est que j’ai des petites pertes marrons très légères 1 semaine avant l’arrivée des “vraies” règles (rouges quoi 🙂 ). En général mon flux reste modéré comparé à d’autres.
    J’ai 2 jours et 2 nuits où ça coule bien et où j’ai un peu mal au bas-ventre et dans les cuisses et après ça s’estompe.

    Même si le diagnostic d’endométriose n’est pas posé, pensez-vous que je peux me masser le ventre avec l’achillée millefeuille (diluée bien sûr)? Apparemment elle serait capable d’agir sur les douleurs génitales mais AUSSI digestives donc ça pourrait m’arranger.

    Je n’ai pas d’encens d’oliban mais j’ai du santal jaune, du petit grain bigarade, de la menthe, du géranium Rosat, de l’Ylang Ylang, des thyms, de l’orange douce: est-ce que ces HE peuvent aussi pête utiles? Je les “sniffe” de temps en temps quand je me sens un peu oppressée.

    • Chère Margot, a votre place j’investiguerais tout de même l’éventuelle présence d’une maladie sexuellement transmissible. Ce que vous avez peut y faire penser. Une fois cette éventualité écartée, allez voir l’enregistrement de mon webinaire sur la santé intime des femmes, sur youtube

  • Ouhla!!

    Merci de votre réponse qui m’étonne quand même un peu car je suis mariée (depuis 2 ans 1/2 et en couple depuis 5 ans) et, sauf grosse surprise, on est fidèles l’un à l’autre 🙂

    Cependant, cela me donne une idée…

    Mon mari, français d’origine indienne, a déjà eu le paludisme et a souvent pris de bons gros antibiotiques. Depuis un voyage en Inde il y a 2 ans où nous avions tous les 2 attrapés un microbe local qui nous a tordu le ventre et vidé les tripes pendant 5 longs jours, qui a été traité par les antibiotiques du tonton local médecin, mon mari et moi avons gardé des troubles intestinaux/digestifs.

    Moi moins mais lui beaucoup: son transit n’est jamais normal (alternance diarrhées/constipations), gaz, maux de ventre, il est en léger surpoids (mince partout sauf au niveau du ventre) et n’arrive pas à perdre malgré des repas équilibrés et légers (les mêmes que les miens en quantité).

    Donc depuis tout ça, je pense que peut-être il me “contamine” …. lors de nos rapports amoureux. Donc c’est peut-être une MST mais pas forcément venue de l’extérieur. (ouf!)
    Je lui disais ça ce matin en l’embêtant un peu justement.

    Il a un médecin d’enfance assez patient qui prend le temps de chercher (c’est lui qui a pensé au Palu alors que les autres médecins ne l’avaient pas reconnu). Il lui a fait passer des tests l’an dernier (coloscopie normale, tant mieux mais donc “débrouillez-vous”). Il avait visiblement H. Pylori qui a été “tuée” à base de 100 gélules. Et là il lui donne des granulés Spagulax (des mucilages purs) à croquer pour limiter les troubles…mais franchement ça marche pas vraiment. Il n’a plus une seule journée où il se sente bien dans son ventre en gros 🙁

    Le plus dur pour moi c’est de voir qu’il soufre et que mes efforts ne servent à rien: je suis diététicienne donc j’essaie de cuisiner maison et lui fais même des plats pour le boulot le midi à base de produits frais et bio quand possible car il n’en pouvait plus de sa cantine….

    Cela fait 1 an que j’ai commencé à lire vos articles et j’ai même suivi des cours sur l’aromathérapie pour éviter de faire n’importe quoi.
    On a fait des tests d’allergies alimentaires qui sont malheureusement décriés par les médecins. J’ai toujours la liste d’aliments mais on a essayé de suivre au début et on s’est un peu découragés en voyant que ça ne changeait rien.
    J’ai évité le gluten, sans trop de changements flagrants.
    On limite grandement le sucre aussi.

    Ma dernière piste? J’attends son feu vert pour tester votre régime anti-candida sur 15 jours (il reste assez méfiant et ne sait plus ce qui peut le soulager donc il commence à refuser mes propositions de solutions alternatives et à vouloir prendre des médicaments).
    Là en ce moment il fait un peu d’asthme en plus donc il est vraiment encombré niveau respiratoire et digestif.
    Je lui ai massé le torse avec un peu d’HE de pin sylvestre et de cyprès … mais ça ne guérit pas alors il préfère se tourner vers ses sprays chimiques habituels.

    En tous cas, merci pour votre piste, j’essaierai d’en parler à ma gynéco voir si elle peut me prescrire un test.
    Si on trouve un virus sexuellement transmissible et qu’on me donne un TRT, je pourrai peut-être en faire bénéficier mon mari et ça pourra peut-être nous aider.

  • Bonjour Cécile,
    J’ai 46 ans, j’ai de l’endométriose (officiellement depuis 2013- avant je ne le savais pas )
    en 2012 j’ai été opérée par célioscopie pour enlever un kyste à l’ovaire gauche et des adhérences.
    Cette année Novembre 2016 je viens d’être opérée à nouveau car j’avais encore des kystes mais surtout un gros fybrome, et le chirurgien a été obligé de retirer l’utérus et les trompes comme le fibrome était trop gros et placé vers le bas de l’Utérus.
    Je me remets de l’opération en ce moment.
    Je commence à utiliser les huiles essentielles grâce à votre site.
    J’ai regardé votre vidéo sur les trois huiles essentielles contre les infections, et j’ai une question:
    Est-ce que je peux utiliser l’huile essentielle de menthe poivrée avec de l’huile végétale sur le ventre ? là ou j’ai été opérée.
    comme j’ai une inflammation, c’est comme une bosse, la peau est dure.

    • Chère Rébecca,
      Bien sur! Votre cicatrice n’est pas un problème ici. Par contre, il y a beaucoup de choses à faire pour l’améliorer. Allez voir ce que je dis sur les huiles de la peau

  • Pardon ! si vous avez le temps de me répondre, j’écouterai vos conseils.
    Merci pour tout !

    Rébecca

  • Merci ! je vais voir tout de suite

Leave a Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.




Et si vous vous donniez les moyens de prendre le pouvoir sur votre santé? Demandez-le moi ici et je vous envoie un livre dont c'est justement le sujet...

New Graphic
Top