aromathérapie holistique

Pour survivre, le corps humain doit dispatcher les nutriments que nous apporte notre nourriture à différents niveaux, selon un ordre d’importance. Certains organes essentiels à la survie tels que le cœur et le cerveau sont servis en premier. Puis les muscles, les os, les tissus conjonctifs et enfin, la peau et les ongles. Les cheveux arrivent en dernier.

Ce qui veux dire que si vous ne mangez pas ce qu’il faut, vous faites mourir vos cheveux de faim…parce que les organes importants sont nourris d’abord.

Comment on perd nos cheveux

En effet, perdre ses cheveux n’est ni dangereux pour la santé, ni débilitant. Mais bon, on préfère tout de même les garder le plus longtemps possible…

Et bien cela dépend de la façon dont vous nourrissez les follicules de vos cheveux.follicule

Le follicule, ce petit sac à la racine du cheveu, détermine comment nos cheveux vont pousser. Tout dépend de la force de notre régénération cellulaire.

Notre corps dispose d’une incroyable faculté de régénération, de guérison même. Le foie en est une magnifique illustration, que ce soit dans son travail de protection et de détoxification qu’en tant qu’organe, capable de repousser si on en coupe un morceau.

La régénération cellulaire

Toutes les cellules de notre corps se régénèrent, mais à une fréquence différente : par exemple, les cellules de la paroi de notre intestin grêle se régénèrent toutes les 20 minutes. Et bien celles de nos cheveux, je veux parler de celles des follicules, ont besoin de trois mois pour être remplacées par des cellules neuves.

Si on considère que le cheveu ne pousse en moyenne qu’un demi centimètre par mois, si on ajoute les trois mois de régénération des follicules, ce premier demi centimètre reflète notre chimie corporelle d’il y a 4 mois.

En vieillissant, le processus de remplacement des cellules devient moins efficace et il arrive que certains follicules meurent et cessent de faire pousser les cheveux.

Gènes et nutritionproteines

On sait que les gènes y sont pour beaucoup, mais la nutrition joue un rôle non négligeable dans cette régénération.

Alors, de quoi le cheveu a-t-il besoin pour être beau, fort, et pousser longtemps ?

De protéines.

Il ne s’agit pas d’un montant total par jour, mais d’un ratio calorie/protéines.

Sur 100 calories ingérées, 10 calories de protéines seront utilisées pour assimiler les aliments.

Toute protéine inutilisée sera destinée à reconstruire et réparer les tissus. Il faut qu’il en reste pour que les follicules puissent en profiter, sinon, ils seront les premiers à souffrir.

Pour savoir si vous consommez suffisamment de protéines, voici un petit calcul à faire :

Multipliez le nombre de gramme de protéines que vous consommez par 4 (vous allez devoir faire des recherches, peser ce que vous consommez etc…), puis diviser ce nombre par le nombre total de calories contenues dans vos plats et vos boissons au cours d’un même repas.

Ou si vous vous débrouillez mieux en anglais qu’en maths, utilisez cette application pour Smartphone : www.myfitnesspal.com

Les hormones et les cheveuxcheveux

Deux types d’hormones ont communément un impact sur nos cheveux : la testostérone et la thyroïde. La testostérone va principalement influencée la chute des cheveux des hommes, et la thyroïde, celle des femmes.

La testostérone peut provoquer la chute des cheveux des hommes de deux façons : Si son niveau s’élève ou en se convertissant en dihydrotestostérone, une hormone produite à partie de la testostérone.

Il suffit de bloquer cette conversion pour aider à préserver la chevelure masculine. C’est le but des traitements anti-chute qu’on trouve dans les pharmacies…

Le rôle de la thyroïde :

Une chute d’hormone thyroïdienne sera plutôt la cause de la perte de cheveux chez les femmes.

Le niveau de toxines est un facteur déclenchant car la thyroïde est sans doute la glande qui accumule plus facilement les toxines qu’aucun autre organe.

Pour éviter cette accumulation, il est important d’éviter les sources de toxicités comme les produits d’entretien, les cosmétiques et l’alimentation conventionnelle.

Une petite détox du foie peut aussi être la bienvenue, de même que toute intervention détoxifiante comme l’hydrothérapie du colon, un jeune ou une cure jus de noni, le tout combiné à l’utilisation de certaines huiles essentielles connues pour soutenir les émonctoires et, pourquoi pas, un bon complex de soutien de la thyroïde.

Consultez les pages sur la thyroïde pour en savoir plus et utiliser les huiles essentielles pour aider à l’équilibrer.

Les suppléments des cheveux 

Travailler sur l’équilibre de vos hormones n’est pas incompatible avec une bonne nutrition du cheveu !

Mais il faut de la patience pour voir les résultats de vos efforts : comptez 4 mois…

Les boosteurs de kératine:

C’est la kératine qui fabrique de beaux cheveux. Elle est fabriqués à base d’acides aminés (issus de nos protéines).

Voici quelques suppléments qui aide notre organisme à fabriquer la kératine :

  • Le MSM : c’est le souffre. On en trouve dans les choux, les oignons, mais vous pouvez choisir de prendre des gélules dosées à 1000 mg, deux fois par jour.
  • Les oméga 3 : personnellement, je préfère l’huile de lin aux huiles de poissons (ça me réussi bien coté cheveux). 1000 à 3000 mg par jour, en gélules,  ou 2 cuil à soupe d’huile de lin liquide.
  • La silice, dans sa forme purifiée, 5 mg une ou deux fois par jour.
  • Et puis, tout ce qui stimule la régénération cellulaire, c’est à dire les anti-oxydants.

Si vous aimez fabriquer vous même des produits de soin, j’ai ici quelques recettes aromatiques qui peuvent vous plaire.

Tout le monde est concerné par la chute de cheveux à un moment de sa vie, et c’est un domaine où la prévention est encore la meilleure des options!…et vous, que faites vous pour vos cheveux?

There was an issue loading your timed LeadBox™. Please check plugin settings.
There was an issue loading your exit LeadBox™. Please check plugin settings.

Incoming search terms:

  • les toxines arrivent ils aux cheveux
  • comment rester jeune pousse cheveux
  • hashimoto et chute de cheveux
  • hashimoto et perte de cheveux