fbpx

Entrez votre mot clé dans la case de recherche pour trouver les articles qui en parlent

Arrêter les anti-dépresseurs : laissez les huiles essentielles vous y aider

Tous les jours, des milliers de médecins envoient leurs patients vers un psychiatre lorsqu’ils ne savent plus quoi faire face à des symptômes incompris et se retrouvent dans l’incapacité de prononcer un diagnostic autre que « c’est dans votre tête ».

C’est une des raisons pour lesquelles des millions de personnes prennent des antidépresseurs. On va espérer que les antidépresseurs fournissent un répit temporaire à ce qui semble être un poids insupportable, une souffrance incompréhensible. Certains s’en sortent avec cette approche.

Mais pour d’autres, l’utilisation d’antidépresseur crée des effets secondaires plus négatifs et indésirables que les avantages, surtout lorsqu’au départ, la dépression n’était pas le réel problème à traiter. D’après les retours de mes clients, un manège pharmacologique s’installe très vite : on essaye pilule après pilule…jusqu’à ce qu’on se rende compte qu’on s’enfonce encore plus et qu’il est de plus en plus difficile de les arrêter sans souffrir, voir, et c’est tabou d’en parler, ou de ne pas céder à l’envie de se suicider.

D’après le retour de quelqu’un qui “y est passé très près”, l’envie de lancer la voiture contre un arbre ou de se jeter par la fenêtre est assez séduisante et pleine de sens…

Tant que ça n’est pas l’envie de tirer à bout portant dans la foule…

 

La dépression est un message

Alors si vous vous retrouvez dans cette situation où vous vous dites que cela suffit et qu’il faut agir autrement, vous avez sans doute été voir votre médecin qui vous conseille de réduire votre prise d’une semaine à l’autre.

C’est vite dit…mais beaucoup moins rapide à faire.

Et puis, disons que c’est tout de même bien réduit comme option. En fait, les médecins qui prescrivent des antidépresseurs échouent souvent à développer un plan de sevrage à long terme avec le patient.

  • Ils n’abordent pas certains points importants tels que
  • Combien de temps et avec quelles doses vais-je baisser ma prise?
  • Quels outils et structures de soutien ai-je à ma disposition ?
  • Quels sont les facteur défavorables qui contribuent à ma dépression sur lesquels je peux travailler pour faciliter les choses?

Comme c’est un sujet qui revient régulièrement dans les messages de mes lecteurs, mettons enfin les choses au point :

Réduire les antidépresseurs réclame un équilibre délicat entre le timing, le dosage et la bonne approche de soutien.

Mais surtout, votre succès dépendra de votre attitude et de votre ferme engagement à y arriver. La procrastination est un véritable danger…

Comment arrêter les antidépresseurs?

Voici les 5 éléments clés que vous devez connaitre avant de commencer à stopper des médicaments psychiatriques.

Je vous donne ces informations à titre indicatif parce que idéalement, il faut vraiment tout adapter à chaque cas, donc, individualiser au maximum et mettre au point des protocoles aromatiques adaptés à chaque besoin énergétique.

Par contre, vous avez à votre disposition des outils à appliquer à tous les cas.

 

Efforcez-vous d’agir au maximum sur votre équilibre général

La réduction des médicaments impose de grandes exigences à l’esprit et au corps.

Soutenir votre équilibre énergétique, physique autant qu’émotionnel, doit être une priorité avant, pendant et après le processus de réduction. Pour cela, je vous renvoie à mon livre l’Essentiel de l’Equilibre, dans lequel vous trouverez les moyens d’identifier vos principales faiblesses énergétiques et surtout, les huiles essentielles qui vont participer à leur harmonisation sur le long terme.

Très important le long terme…C’est la fondation de la réussite.

 

Autre base : l’inflammation à réduire

La dépression est fortement corrélée à l’inflammation systémique, vous savez, celle qu’on ne voit pas, mais qui fonctionne comme un jeu de dominos sur tout votre organisme. Elle agit sur votre état émotionnel, vos capacités cognitives, vos niveaux de résilience, l’intensité de vos douleurs, donc, vous l’avez compris, calmer l’inflammation est la priorité # 1.

Les aliments inflammatoires comme le gluten, le soja et les produits laitiers, ainsi que les stimulants comme le sucre et la caféine, peuvent provoquer des réactions cérébrales ou des simulacres psychiatriques – des réponses physiologiques à des aliments qui imitent les symptômes de la maladie mentale. C’est d’ailleurs souvent ce qui laisse les médecins sans voix et qui les amènent à vous faire « prendre en charge » par un psychiatre.

Donc, idéalement, il faut préparer votre corps aux rigueurs du sevrage en consacrant un mois entier à éliminer complètement les aliments déclencheurs suivants de votre alimentation:.

Sucres raffinés

Produits laitier de vache non égouttés

Céréales (blé, quinoa, maïs, seigle, avoine)
Soja
OGM
café
Alcohol

Consommez surtout les aliments suivants:

Viandes d’animaux nourris à l’herbe
Oeufs de pâturage
Poisson sauvage
Beurre clarifié
Huiles de coco et d’olive
Fruits et légumes biologiques
Noix et graines germées crues / germées (si toléré)
Beaucoup d’eau pure et de tisanes (d’ortie, menthe poivrée, camomille etc…)

Ce régime est simplement le moyen le plus efficace de contrôler les variables du dysfonctionnement métabolique et de la réponse inflammatoire.

Il est incontournable pour arriver à une guérison complète et systémique.

 

Soutenez votre moral et votre énergie avec des huiles essentielles

L’idéal est que quelqu’un vous mette les mains dessus…donc, vous fasse profiter des innombrables bénéfices de l’application des huiles essentielles par le massage.

De nombreuses huiles essentielles peuvent créer des synergies très efficaces contre diverses affections du système nerveux, en voici quelques unes (recettes pour adultes) pour vous aider à soulager la dépression.

Ce sont des protocoles indicatifs à ajouter à ce que vous vous serez mijoté vous même pour agir sur vos déficiences énergétiques (dans l’Essentiel de l’Equilibre).

 

Recette calmante et anxiolytique pour un massage intégral

dans 20 ml d’huile de base,

  • 6 gouttes d’huile essentielle de mandarine,
  • 2 gouttes d’ huile essentielle de litsée citronnée
  • et 2 gouttes d’huile essentielle de Néroli.

 

Pour préparer au sommeil

Massez surtout le plexus solaire et la plante des pieds avec :

dans 20 ml d’huile de base,

  • 5 gouttes d’ huile essentielle de mandarine,
  • 3 gouttes d’HE de Ravensara aromatica
  • et 2 gouttes d’HE de valériane.

Et puis il y a l’amour inconditionnel de l’HE de rose : quelques gouttes d’HE de Rosa Damascena dans un flacon d’huile de base fera un mélange tout prêt pour s’en frotter les mains, les pieds, le plexus et la poitrine pour profiter de ses propriétés anti-dépressantes et euphorisantes.

Partagez avec d’autres

Ne tentez pas de vous isoler durant cette expérience particulière…. Partagez une copie de votre plan de sevrage avec quelqu’un en qui vous avez confiance. Dites-lui comment vous aider, si vous en avez besoin.

Plus votre intention est transparente, plus les personnes autour de vous seront en mesure de soutenir vos efforts de manière constructive.

 

Créez des synergies utiles

Une fois que vous avez adopté un rituel équilibrant (massage aux huiles essentielles, traitements aromatiques, alimentation correcte concentrez-vous sur des pratiques supplémentaires indispensables pour calmer le système nerveux.

Je vous en présente quelques unes qui ont fait leurs preuves dans le Mode d’emploi anti-stress.

En fait, dans ce mode d’emploi je vous donne absolument tout ce dont vous avez besoin en terme de techniques complémentaires, depuis des séances d’Emotional freedom technique appliquées à deux sources de stress et deux cours qui vous apprennent la régulation émotionnelle, une forme très simple de pleine conscience.

Sachez qu’un des moyens les plus utiles de promouvoir la résilience personnelle consiste à entraîner votre corps à réagir plus efficacement au stress. Et justement, la respiration par le cœur, la pleine conscience, l’EFT et l’usage holistique des huiles essentielles permettent tous ensembles de vous fabriquer une synergie aux résultats puissants et rapides.

Tenez un journal

Notez le dosage et le type de médicament consommés chaque jour, ainsi que l’heure de chaque dose.

Comment vous sentez-vous avant et après avoir pris vos médicaments?

Soyez prêt à ajuster votre plan selon les besoins pour vous maintenir aussi soutenu et équilibré que possible

Associez des huiles essentielles, séances d’EFT, méditation, respiration, à vos symptômes et regardez-les s’évanouir un peu plus à chaque fois.

 

Connectez vous avec des vraies personnes

Les statistiques montrent que la dépendance est, à la base, un manque de connexion humaine.

Ce manque est alors neurochimiquement associé au «remède»: les sensations de bien-être du médicament choisi.

Lorsque vous déconnectez les fils de la dépendance chimique dans le cerveau, il est extrêmement utile de faire de nouvelles connexions pour prendre leur place.

Cherchez des personnes de soutien et positives avec lesquelles vous pouvez vous engager à travers vos propres dons créatifs.

Cherchez aussi des personnes qui comprennent ce que vous traversez d’un point de vue supérieur. Des relations solides offrent une assurance constante que peu importe où vous êtes en voyage, vous êtes exactement là où vous devez être. Et, vous ne le faites pas seul!

Faites un investissement dans votre bonheur en poursuivant une passion que vous n’avez jamais pris le temps de faire. Peut-être est-il temps de rallumer un intérêt que vous avez ignoré.

Remarquez comme c’est bon! Il est maintenant temps de donner la priorité au plaisir!

 

Rappelez-vous votre « pourquoi »

Ecrivez-le et regardez-le souvent. Avoir au moins un bon ami ou un conseiller qui comprend votre «pourquoi» que vous pouvez appeler lorsque vous vous sentez en difficulté.

Surtout, pratiquez une belle forme d’indulgence avec vous-même, peu importe ce qui se présente pour vous. Ne vous culpabilisez jamais de vous sentir déprimé ou d’éprouver des difficultés.

Suivez votre orientation intérieure

Apprendre à nous aimer inconditionnellement est une pratique à vie.

Ne vous découragez pas si la réalité du sevrage diffère de votre plan.

Ajustez votre plan et continuez d’avancer.

Cela peut prendre des années avant de se réduire progressivement.

Ce qui compte, c’est le voyage vers le meilleur de vous-même et tout ce que vous apprenez en cours de route.

Si tout cela vous semble cependant insurmontable, demandez moi de l’aide via les consultations ou le coaching en ligne. C’est beaucoup plus simple et abordable que vous l’imaginez…allez voir ici. 

Related posts

Leave a Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.




Et si vous vous donniez les moyens de prendre le pouvoir sur votre santé? Demandez-le moi ici et je vous envoie un livre dont c'est justement le sujet...

New Graphic
Top