fbpx

Entrez votre mot clé dans la case de recherche pour trouver les articles qui en parlent

L’aromathérapie du cancer

Lorsque le cancer vous frappe, toutes sortes de peurs et d’appréhensions viennent vous envahir et submerger votre vie, vos proches, votre vision de l’avenir.

 

Le cancer et la peur

La peur de la douleur et de la perte de l’intégrité physique sont les premières sources d’angoisse, mais l’environnement hospitalier en est une autre. C’ est en effet la plus grosse source d’infections mortelles, même si le personnel fait de son mieux pour vous protéger, et une personne dont on affaibli les défenses immunitaires doit se prémunir contre les risques accrus d’infections nosocomiales.

L’aromathérapie du cancer protège contre tout!

Il est important d’utiliser les ressources qu’offre l’aromathérapie, aussi bien pour mieux supporter le stress des traitements du cancer, leurs conséquences physiques et émotionnelles, combattre la douleur, les infections, la fatigue et la dépression.

Toutes les informations que je vous donne ici sont utilisées de façon courantes dans les centres anti-cancer et de soins palliatifs outre manche, là où, contrairement à beaucoup de pays un peu trop restrictifs, l’aromathérapie en milieu hospitalier est la norme au lieu d’être l’exception.
L’usage de l’aromathérapie holistique et clinique est sans danger et efficace, mais,  pour encore plus de sécurité,  je vous précise les rares cas où il y a de légers risques d’interférence avec certains médicaments.

Les doses utilisées sont si faibles que c’est plus la chimiothérapie qui risque de compromettre l’efficacité des huiles essentielles que l’inverse…et leur mode d’administration par la peau ou la respiration n’interfère pas avec les modes traditionnels d’administration des médicaments.

La plupart des informations offertes ici peuvent aussi être profitables à des personnes en phases terminales et qui bénéficient de soins palliatifs.

Avant toutes choses, il faut que je vous parle des rares cas d’interactions possibles entre les huiles essentielles et les médicaments :

Les interactions possibles

Par interaction il faut comprendre que l’administration jointe de deux ou plusieurs médicaments entraîne une réponse différente sur la maladie que si ces médicaments sont pris séparément.

Le potentiel d’interaction entre les huiles essentielles et les médicaments est dépendant de dosages conséquents et il est vraiment très improbable qu’avec les dilutions très faibles utilisées ici nous puissions en rencontrer. En gros, il faudrait prendre un bain d’huile essentielle pure ou en avaler tout un flacon pour qu’il se produise quelque chose de grave.
Par contre, l’exposition régulière et répétée à certaines huiles essentielles stimule la détoxication de l’organisme et l’efficacité du métabolisme par une meilleur activité enzymatique, ce qui peut activer l’élimination de certains médicaments, à long terme.

Aussi, les cas d’interactions possibles sont :

– l‘HE de Mentha piperita, peut altérer l’action de la Nifedipine, utilisée pour les pathologies cardiaques en interférant avec la circulation des ions calcium.

Le méthyle salicylate contenu dans les HE anti-douleur est converti en acide salicylique dans le corps. Ces huiles peuvent être contrindiquées pour les personnes allergiques à l’aspirine et chez les personnes qui prennent déjà un anticoagulant, car son effet pourrait en être accentué.

Si des médicaments sont administrés en patch, par la peau, des HE ne doivent pas être appliquées au même endroit.

Pour résumer, l’aromathérapeute prend plus de risques en travaillant sur un malade sous chimiothérapie, qu’un malade qui reçoit un traitement à base d’ huiles essentielles.

Voilà pour ce qu’il ne faut pas faire.

Maintenant, passons à ce qui peut faire toute la différence dans le traitement d’un cancer.

Commencez par vous débarrasser de vos infections fongiques, et pour cela, vous n’avez pas besoin de rajouter des produits toxiques dans votre organisme déjà surchargé.

J’ai mis au point un programme où le traitement anti-fongique est naturel, donc le candida ne peut pas muter et s’y adapter pour résister.

Découvrez-le ici : paperbackstack_550x498

Cancer et soin de la peau


Entre la chimiothérapie et la radiothérapie, la mauvaise nutrition à l’hôpital, l’alitement prolongé, la peau est malmenée, plus sujette au dessèchement, à la fragilité et à diverses plaies et réactions.

1. le prurit et les démangeaisons

En cas de cancer, il y a beaucoup d’origines à une peau endommagée.

  • L’immobilité au lit,
  •  une mauvaise nutrition,
  • la déshydratation,
  •  la peau sèche,
  • les oedèmes,
  • l’administration de médicaments,
  •  les mycoses,
  • maladies de foie,
  •  insuffisances rénales,
  • maladie de Hodgkin’s,
  •  la leucémie,
  • les myélomes,
  • les problèmes de thyroïde
  • et les maladies liées au Sida.

Les démangeaisons : elles provoquent le cercle vicieux du grattage gratté qui gratte de plus belle. Cette situation accroit les risques de blessures sur la peau, et chez des personnes dont l’immunité est affaiblie, une blessure est la porte ouverte aux infections multiples, voir à la septicémie.

La marche à suivre pour enrayer les démangeaisons et réparer la peau :

– d’abord, hydrater la peau grâce à un bain, une douche, ou l’application d’une compresse d’eau tiède.

– en cas de forte démangeaisons, vaporiser un hydrolat de menthe poivrée, ou appliquer une compresse d’hydrolat de menthe poivrée.

Vous n’avez rien à mesurer ou à mélanger, juste à vous procurer en pharmacie ou chez un fournisseur d’huiles essentielles, un hydrolat frais, de bonne qualité.

L’alternative est le gel : dans 100ml de gel d’aloe vera, ajouter

  • 10 gouttes d’HE de Mentha piperita (Menthe poivrée)
  • et 10 gouttes d’HE de Pelargonium asperum (géranium).

Étaler en couche légère sur la peau, ou appliquer en compresse avec une gaze au besoin.

Si la démangeaison est causée aussi par une peau sèche :

dans 50 ml de crème émolliente de base, ajouter

– 50 ml d’huile infusée au Calendula officinales,

– 30 gouttes de Cymbopogon martini,

– 20 gouttes de lavandula angustifolia,

– 30 gouttes de mentha piperait,

– 30 gouttes de Melaleuca alternifolia.

Cette formule plus grasse ne s’applique que deux fois par jour.

La marche à suivre en cas de prurit ou de dermatite :

Ici, il s’agit d’inflammation de la peau.
Elle est souvent provoquée par la radiothérapie

Avant la radiothérapie :
Le mieux est de préparer la peau avant les séances avec quelques gouttes pures d’HE de Niaouli et d’HE de Myrte (Myrtus communis ct cineole), directement versées sur la zone à traiter, 15 mn avant les radiations.

Après la radiothérapie :

  • Si on ne vous autorise pas à appliquer quoi que ce soit sur votre peau avant le traitement, faites le après pour limiter les dégâts : l’huile infusée au Calendula, additionnée ou pasd’HE de lavande aspic (lavandula latifolia), est anti-inflammatoire et stimule la réparation de la peau. Le mieux est de se fabriquer une émulsion légère sur une base de gel d’ale mixé au fouet avec de l’huile au calendula (10ml en tout) et d’y ajouter une goutte de lavande aspic, anti douleur et particulièrement efficace sur les brûlures.
  • Une formule qui marche :

– 3 ml d’huile de calophyllum inophyllum

– 4 ml d’huile de germe de blé

– 30 gouttes d’HE de bois de rose (Aniba rosaeodora)

– 60 gouttes de lavande aspic (lavandula latifolié)

à appliquer localement 3 fois par jour.

Si la peau est vraiment trop sensible au toucher, vaporiser un hydrolat de lavandula angustifolié, seul ou en combinaison avec un hydrolat de romarins officinales, aussi souvent que nécessaire, avant de poursuivre avec une huile.

 

Le soin des plaies du cancer


On parle souvent de la douleur provoquée par le cancer, mais on oublie celle des plaies provoquées par les infections qui suivent la chimie et la radiothérapie.

 

Les infections qui accompagnent le cancer
En ce qui concerne les infections, une bactérie ne peut pas résister à une Huile Essentielle, sauf si celle ci est de mauvaise qualité (comme beaucoup de lavandes et d’arbre à thé sur le marché en ce moment) ou que son excès de mise en contact avec les sources pathogènes la rende moins efficace (comme les antibiotiques).
Les huiles essentielles sont utiles dans le traitement des plaies du cancer à plusieurs niveaux :

– pour prévenir la contamination microbienne

– aider à la coagulation

– stimuler la phase de granulation

– accroitre les contractions de la plaie

– réduire la douleur

– réduire l’odeur associée aux ulcérations chroniques et aux plaies

– réduire les cicatrises

– promouvoir l’angioneogenèse (la formation de nouveaux vaisseaux sanguins)

Les huiles essentielles sont toutes à différents niveaux antimicrobiennes et antibactériennes. Elles mêmes ne peuvent pas provoquer d’infection.
Par contre, dès qu’on les associe à la bonne base, elles font des miracles sur les zones infectées.

 

Les bonnes bases pour le traitement des plaies du cancer sont :

– Le miel stérilisé par irradiation est à la foi efficace et sans risque à utiliser. Les miels thérapeutiques dérivés du Manuka ont démontré leur supériorité thérapeutique au cours de nombreuses études.

On sait maintenant que le miel inhibe la croissance des bactéries, qu’il stimule la cicatrisation tout en combattant les microbes, l’oxydation et en maintenant une bonne hydratation des tissus.

L’argile, à mélanger avec un hydrolat. Très liquide, on y trempe une gaze qu’on déposera sur une zone très irritée.

Dans le cas d’un escarre qui laisse une plaie ouverte, on préparera une pâte épaisse à placer dans la plaie qu’on recouvrira ensuite d’un pansement destiné à maintenir l’humidité de l’argile. L’argile ne doit pas sécher. On l’enlève après trois jours.

Les huiles infusées à l’hypericum perforatum ou au Calendula officinales ont une longue histoire dans le traitement des plaies, ulcères, eczémas et brûlures. Elles peuvent être appliquées grâce à une gaze imbibée, deux fois par jour sur la plaie à traiter.

Les huiles essentielles à leur ajouter sont par exemple le thym, le romarin, la lavande, le citron, la cannelle et l’arbre à thé.

 

 

Soulager la douleur du cancer


Comme la douleur comporte plusieurs facettes, notre approche doit en avoir autant : clinique et holistique.

La douleur peut être provoquée par la croissance de la tumeur, par les traitements ou d’autres pathologies périphériques ou accidents (arthrite, hernie discale, lumbago…).

La personne malade va avoir tendance à être à l’affut des moindres changements dans sa douleur, et son stress va augmenter à la moindre allarme due au changement.

  • Il faut distraire cette alarme, il faut relaxer, même temporairement, la personne qui souffre de façon à réduire l’angoisse, la dépression, et par ricochet, la douleur.

Si le malade du cancer dispose d’ un outil pour se distraire de la douleur, il se sentira moins passif, plus en contrôle.

  • Il faut ici distinguer la perception qu’on a de la douleur, ou nociception, et la douleur en soi. La douleur est une expérience complètement subjective, unique, multidimensionnelle, qui a un impact total sur la personne qui souffre.

Nombreux malades du cancer  souffrent d’une douleur provenant d’un déséquilibre de leur système nerveux sympathique, la SMP: un petit rien devient douloureux à cause d’une réponse exagérée au stimuli.

On réagit alors à la lumière, au son, au toucher, à une odeur, à une pensée…

Associé à la douleur du cancer, on trouve

  • la peur,
  • l’anxiété voir la dépression
  •  des états émotionnels qui finissent par devenir handicapants,
  •  menant à des attaques de paniques,
  • de frustration et de colère.

Dans tous les cas, améliorer le sommeil a un grand impact sur la perception de la douleur. Une bonne qualité de sommeil permet de faire baisser le niveau de sérotonine, un neurotransmetteur ( ce qui permet aux cellules nerveuses de communiquer entre elles)  qui intervient dans la transmission de la douleur par l’intermédiaire d’un autre neurotransmetteur : la substance P, dont la fonction est de provoquer la douleur.

Sans un bon sommeil, notre mécanisme de tolérance à la douleur fonctionne moins bien et participe à la formation d’un cercle vicieux où la douleur entraine l’anxiété et la dépression, la dépression entraîne la procrastination et l’immobilité, l’immobilité entraîne un affaiblissement musculaire, et la perte de tonicité musculaire entraine la fatigue. Plus de fatigue entraine moins de résistance physique, donc plus de douleur, etc….

Un meilleur sommeil peut tout simplement provenir d‘une séance d’aromathérapie bien appliquée par le toucher, un des meilleurs moyens d’amener une relaxation physique et émotionnelle.

Cette relaxation provoque un réel changement au niveau des fibres sensibles des nerfs. Certaines HE comme la lavande et la bergamote participent à une normalisation des fonctions nerveuses, ainsi qu’une supplémentation en plantes adaptogènes (noni, rhodiola).

Cette relaxation permet d’intervenir sur la façon dont le cerveau participe à la perception de la douleur, mais rien n’empêche de travailler directement sur la façon dont le net réagit grâce aux HE analgésiques et anti-inflammatoires que sont la cannelle chinoise et le clou de girofle.

Ces irritants allèrent la façon dont le message nerveux est transmis en provoquant de la chaleur. Il peut être utile de les alerter avec le froid de l’HE de menthe poivrée à basse dilution.
L’HE de menthe poivrée travaille comme un médicament opiacé: en travaillant sur les récepteurs d’opiacés, elle bloque les messages de douleur qui partent de la moelle épinière vers le cerveau.

En matière de douleur du cancer, voici les règles à respecter :

les HE chauffantes doivent être utilisées à haute dose et sur une base grasse permettant une absorption longue durée, comme dans le cas du baume du tigre dont voici une formule :

Baume du tigre :

dans 160ml d’un baume très gras du type homéoplasmine, ajouter

2 gouttes d’HE d ‘Eugenia caryophyllata (clou de girofle)

20 gouttes d’HE de Gaultheria procubens (gaulthérie)

30 gouttes d’HE de Melaleuca leucodendron ( Cajeput )

38 gouttes d’HE de lavandula latifolia (lavande aspic)

10 gouttes d’HE de Mentha piperita (menthe poivrée)

A appliquer au moins deux fois par jour, très localement.

Conjointement, il est important de traiter aussi le stress.

 

Le stress du cancer

Provoqué par la douleur, il se soigne de la même façon qu’un stress courant. Le volume de stress dépend du volume de douleur : le stress augmente avec la perception de la douleur.

 

Le mode d’emploi du stress est une solution. Cliquez ici pour le découvrir.

C’est la solution pour diminuer la perception de la douleur et améliorer votre moral. Oui, le moral : sans un bon moral, vous limitez vos chances de remonter la pente!

Toute forme de stress a un impact profond sur le corps, mais surtout sur l’immunité. Le cancéreux étant déjà assez affaibli par ses traitements, il est important de l’aider à vaincre son stress de façon holistique.

Le manque de sommeil fait partie de ce qui intensifie la douleur. La douleur met la personne dans un état d’alarme, propice à la veille et à la stimulation du système nerveux.

Il faut briser le cercle vicieux qui peut s’installer entre Peur et Impuissance, Anxiété, Insomnies et baisse de tolérance de la douleur.

Une des meilleures façons de briser ce cercle est de pratiquer une activité physique.

C’est en effet le manque d’activité qui peu créer la douleur et la rendre chronique en participant à la perte de masse musculaire et à l’augmentation de la faiblesse physique.

Là encore, l’utilisation de plantes adaptogènes comme le Noni ou la Rhodiola est très utile. Les plantes adaptogènes aident à réguler l’organisme en cas de stress. La Rhodiola possède l’avantage supplémentaire de freiner la perte de masse musculaire et d’aider à sa reconstruction, mais aussi de stimuler la production de sérotonine, de dopamine et de norépinéphrine, ce qui aide à adoucir l’humeur et à calmer les nerfs.

Les doses utiles à prendre quotidiennement sont :

  • deux fois 100 ml de jus Tahitian Noni
  • et, pour la Rhodiola rosea, 300 mg de gélules à 3% de rosavins et 1% de salidrosides.
  • 1000 mg de calcium,
  •  500 mg de magnésium,
  •  1000 mg d’oméga 3,
  • 2000 mg de vitamine C prise en deux fois,
  • un bon complexe de vitamine B.

 

Pendant la chimiothérapie

Le mot à lui seul suffit à faire surgir une vague d’anxiété. Il existe des alternatives, mais peut être ne les avez vous pas à votre portée. Si vous choisissez la chimio, surtout ne négligez pas de soutenir votre immunité et tous les autres systèmes de votre organisme.
Quand on pense chimio, on pense,

  • perte de cheveux,
  • perte d’appétit,
  • vomissements,
  • nausées,
  • diarrhée,
  • fatigue,
  • anémie,
  • bouche inflammée,
  • infertilité,
  • douleurs dans les mains et les pieds à cause des lésions nerveuses,
  • perte de densité osseuse,
  • perte de mémoire,
  • et des larmes.

En dehors du fait que ces effets secondaires sont pénibles à vivre, ils entrainent surtout une déplétion nutritionnelle non négligeable.

Le corps, déjà mal nourri, ne dispose plus de ses facultés habituelles d’absorption à cause de l’inflammation générale des muqueuses, depuis la bouche jusqu’au reste du système gastro-intestinal.

C’est pourquoi il est crucial pendant la chimio que le peu que vous mangiez soit particulièrement nourrissant et sain.

Oubliez complètement le sucre et les produits sucrés (qui vous pompent vos minéraux), et considérez de vous mettre à la macrobiotique, ce qui consiste à manger un peu de grains entiers, légumes, fruits, légumineuses, algues et un peu de poisson, ce qui est plus facile à assimiler que la plupart des régimes classiques. Augmentez votre consommation d’ingrédients anti-cancer tels que le gingembre, le thé vert japonais et le Noni.

Pour ceux qui ne l’ont pas déjà fait, lisez les pages sur l’alimentation du Cancer.

Un massage des pieds à base d’HE de lavande peut être très apprécié pendant une chimiothérapie, ainsi que la diffusion d’HE de bergamote-menthe (Mentha citrata) pour alléger les nausées et soutenir le moral.

Allez-y doucement avec les odeurs, car il en faut peu pour soulever le cœur pendant une séance de chimio.

Au cas où ça ne fasse pas partie du protocole, prévoyez une supplémentation en multi-vitamines incluant du fer, des antioxydants (A, C, E et sélénium) que vous pouvez digérer facilement, sous forme liquide par exemple.

Protégez votre système digestif avec 500 mg de L-Glutamine 3 fois par jour. C’est un acide aminé qui réduit l’inflammation des muqueuses et les nausées. Les graines de lin aussi protègent vos intestins : ajoutez en à des flocons d’avoine cuits ou n’importe quelle céréale cuite.
1000 à 3000 mg d’oméga 3 rendront votre chimio plus efficace tout en vous aidant à prévenir la cachexia, ou perte musculaire.

 

Les nausées et désordres digestifs du cancer

 

Il faut considérer leur cause pour savoir les soigner.

  • Les opiates donnés pour la douleur provoquent les nausées, et là, il n’y a pas grand chose à faire si ce n’est presser le point d’acupressure 5 maitre coeur, à trois doigts sous la pliure interne du poignet.
  • La douleur intense peut faire vomir.
  • La constipation donne la nausée (soigner la nausée sans soigner la constipation en rime pas à grand chose) : le massage du ventre associé à des lavements ou mieux, de l’hydrothérapie du colon, sont efficaces pour provoquer des mouvements de selles.
  • l’obstruction intestinale donne envie de vomir, ainsi que les reflux d’acide, la toux et la pression provoquée par une tumeur du cerveau.

Dans tous les cas, les HE de gingembre, cardamome et estragon en quantité égale, appliquées par petite touche dans le cou, au réveil, à la suite d’une opération par exemple, contrôle bien la nausée, couplé avec la pression du 5 maitre coeur.

 

La fatigue du cancer


C’est un des symptômes issu des soins anti-cancer les plus débilitant et il s’accroit en fin de vie.

Cette fatigue est plutôt chronique et elle ne s’améliore pas avec le repos. Le malade ne peut alors pas fonctionner normalement et cette léthargie affecte considérablement sa qualité de vie ainsi que celle de ses proches.

Fatigue, dépression et insomnie sont interconnectées, et peuvent subsister longtemps après la fin des traitements.

Réduire le stress du cancer

Mais réduire le stress et relaxer profondément permet de remonter le niveau énergétique : un bain de pied additionné de lavande suivi de 15 mn de massage des pieds est suffisant pour remonter l’énergie.

L’acupuncture et l’acupression sont aussi très efficaces, grâce à la stimulation de points incontournables comme le 36 estomac, le 6 rate et le 4 gros intestin. Pressez les en continu et de façon assez superficielle, plusieurs minutes, de chaque coté.

En aromathérapie, l’épinette noire (picéa mariana) est très efficace pour stimuler l’énergie d’une personne fatiguée, malade ou convalescente :

  • une goutte sous la plante des pieds et une goutte dans le bas du dos, sur “les reins”, que l’on frottera énergiquement quelques secondes.
  • Le romarin officinal, respiré rapidement, aide à remonter une tension basse et à stimuler l’éveil.
  • Enfin, vaporiser de l’HE de citron ou de mandarine est aussi stimulant et rafraîchissant. Pensez à les utiliser.

Enfin, tout cancer étant lié à une infection fongique, lire les pages sur le candida complètera ces pages sur le cancer.

Si vous avez une expérience à partager avec les lecteurs du club sur ce sujet, c’est le moment de nous faire profiter de votre témoignage précieux!

Laissez votre commentaire dans le cadre ci-dessous et soyez à l’affut des réponses!

Tags: , , , ,

Related posts

Méthode Yuen en France

  Info incontournable pour les praticiens à la qui souhaitent se démarquer des autres!...

Untitled

  La notion de base que l’on a communément de l’inflammation est qu’elle est...

46 comments

  • […] Ayez recours au massage, anti-inflamatoire en soi, si possible avec des huiles essentielles adéquates, puissants anti-inflammatoires naturels et détoxifiants de nombreux organes émonctoires dont […]

  • […] que ça vous a plus! Pour en rajouter une couche, lisez donc mes pages sur le Cancer, ici. Laisser un […]

  • Bonjour Cécile et merci pour cette très encyclopédique article !
    Non, je n’ai pas d’expérience du cancer et des traitements alternatifs. Sauf peut-être… mon père en est décédé, il y a très longtemps et il a vécu un nombre incroyable d’années avec cette maladie, ce que ne comprenaient pas les médecins… Son secret ? Le refus de la maladie et le refus de tout traitement médical. Ce n’est sans doute pas un exemple à suivre, mais, chez lui, les effets ont été incroyables.
    C’est quand même un exemple qui laisse des traces. A bientôt !

  • Tu as parfaitement raison Bernadette : l’esprit fait beaucoup! Regarde DSS, il a retardé sa mort de plus de 15 ans, avec un cancer du cerveau, c’est un record! J’ai un ami qui a été emporté en 3 mois.
    Mais bon, tout le monde n’a pas le mental adéquat…malheureusement…

  • bonsoir Cécile,
    Je ne sais pas si mon commentaire est passé,
    il me demandait un captcha que je n’ai pas
    trouvé.
    Toujours est il que j’ai trouvé ton article extrêmement
    bien fouillé et original.
    J’aime travailler en décodage biologique les conflits
    mais ton approche du corps est très pertinente.

  • Hannah, j’ai eu l’idée de cet article suite à un stage sur la prise en charge des cancéreux en aromathérapie holistique. Pas le genre de formation qu’on trouverait en France…
    J’ai simplifié et tenté de rendre faciles d’accès des information somme toute très denses, sérieuses et émotionnellement perturbantes. Nous sommes toutes ressorties secouées par ce stage.

  • Bonjour cécile,

    Trés bon article, très instructif. Merci à toi et à bientôt
    Yannick

  • Bonsoir Cécile,

    Est-ce que j’ai bien lu? À la fin de l’article, tu dis tout cancer étant lié à une infection fongique…

    Est-ce que tous les cancers sont liés à une infection fongique?

    Merci pour cette mine d’informations.

    Amicalement,

    Sco!
    P.S. Je suis à la recherche du Tahitian Noni… et je constate que tu le conseilles dans les cas de cancer.

    • Oui, un chercheur italien a démontré les similitudes de développement et la présence de candida dans les tumeurs cancéreuses. Cancer et Candida sont liés et atteignent de façon similaire l’immunité, les défenses de l’organisme. Soigner la candidose semble être une étape de valeur dans la prévention mais aussi dans le combat contre le cancer.
      Oui, le noni est une super arme anti-cancer, et anti-fongique au passage! Tu vois, si tu avais su…

  • Bonjour Cécile,

    Une bien triste maladie dont tu nous parle là. Je dirai même l’une que l’on commence à entendre parler de plus en plus souvent.
    Merci à toi pour cet article
    Yannick

  • Juste une remarque importante, il ne faut pas appliquer de NIAOULI avant la radiothérapie en cas de cancer hormono-dépendant, le niaouli et certaines autres HE sont hormone-like…

    • Chère Agnès, c’est vrai, le niaouli est hormone like, mais j’ai eu la chance de suivre une formation avec une aromathérapeute qui a travaillé en service anti-cancer et qui nous a précisé que les doses absorbées en application cutanée ne présentaient pas de risque. Ceci, dit, pour ceux qui ont un doute, il y a l’arbre à thé…

      • Je confirme : suivie par un médecin spécialisé en aromathérapie pour un cancer du sein hormono dépendant qui valide (pour l’avoir beaucoup étudié) l’utiliser sans problème de H.E de niaouli durant ma radiothérapie.

  • merci pour les infos
    J’ai mon frere qui a eu un cancer du colon à l’age de 21 ans ( héréditaire,mon pere en est mort), puis deux ans plus tard au foie, et en 2009 un autre. Là il a 38 ans et il a une poche… j’ai pensé aux HE pour lui mais je n’en savais rien merci .

  • salut tout le monde et merci beaucoups cécile pour ces informations utiles moi pére d un enfant qui atteint d une leucemie lymphoblasmique aigue B mo petit est en stade de remission et il suit un traitement d intensification je demande tjrs conseils pour mener les étapes du protocole à bien des fois meme j avais eu l intention de mettre fin à la chimio suite à ses effets secondaires tel perte de cheveux…j avais eu l intention d opter pour medecine alternative mais je resiste encore à cette lourde épreuve s v p est ce qu on peut faire repousser les cheveux avec une recette naturelle?existe t il un reméde efficace contre les effets secondaires?
    Merci

    • Je comprends votre désir d’aider votre enfant…tout ce que je peux vous suggérer est de lui donner du jus de noni tahitian en suivant le protocole anti-cancer qui a été mis au point par des médecins ici aux Etats Unis. C’est le seul traitement qui aide à ne pas perdre les cheveux, qui régénère le foie, boost l’immunité, évite les nausées de la chimio etc..sans un seul effet secondaire.
      Théoriquement, il faudrait qu’il en boive une bouteille le premier jour, puis 1/2 bouteille le jour 2, puis 1/4 le jour 3 etc… jusqu’à ne prendre que 3 fois 60 ml par jour jusqu’à ce que son sang soit redevenu normal. A chanque fois suivi de beaucoup d’eau.
      Vous trouvez ce jus en ligne sur tni.com Tahitian noni juice original.

  • Bonjour cecile,
    Je cherche une formation spécifique sur l’aromathérapie contre le cancer. J’ai vécu plus de la moitié de ma vie sous les tropiques et j’ai vu pas mal de choses. Je voudrais que tu me donnes les renseignements par mail, car je sais pour l’avoir vécu, nous sommes fliqués. Un mail emperche personnes d’espionner mais cela retire toute valeur légale si les autorités veulent fermer ton site (avec les nouvelles réglementations pharmaceutiques ils le pourraient).
    Inutile de tenter le diable…
    Merci encore pour tes conseils, mais j’en veut plus! C’est comme ça je suis tombé dedans quand j’étais petit.

  • Mon mari a été opéré d’un cancer du sein hormonodependant. Il fait un dépression importante. Il a progressivement arrêté les antidépresseurs qu’il a remplacé par 900mg de millepertuis et de la griffonna à raison de 2gelules par jour . Il dort très mal, à des angoisses et est stressé en permanence. J’ai pense à remplacer le millepertuis par de la rodholia. Est ce possible avec ce type de cancer et qu’elle en serait la posologie. Merci de votre avis et conseil. Cdlt

  • Vous savez, je ne m’aventure pas avec la phytothérapie dans le cas d’un cancer hormono dépendant…Le millepertuis et le rodhiola n’ont pas les mêmes vertus! On ne les utilise pas pour les mêmes choses…Pour le sommeil, je combinerais la griffonia avec le millepertuis et des huiles essentielles en massage localisé…allez voir mon article sur l’insomnie.

  • […] Il y a donc tout un ensemble de paramètres à considérer dans la prévention et le combat des différents cancers, mais dans tous les cas, une approche holistique complémentaire à la médecine traditionnelle est à considérer fortement. Vous en trouverez une ici. Cliquez pour découvrir la supplémentation du cancer. […]

  • Bonjours, complètement novice dans tout cela j aimerais quelques conseils . Mon beau père est atteint du cancer des poumons et vient de commencer la chimio . Il est fatigué déprimé, a de fortes nausées et est donc à bout de force. On aimerais se lancer dans les huiles essentielles mais n avons aucunes connaissances dans ce domaine et avons peur de ne pas faire ce qu il faut pourriez vous nous éclairer un petit peu ?

    • Bonjours, complètement novice dans tout cela j aimerais quelques conseils . Mon beau père est atteint du cancer des poumons et vient de commencer la chimio . Il est fatigué déprimé, a de fortes nausées et est donc à bout de force. On aimerais se lancer dans les huiles essentielles mais n avons aucunes connaissances dans ce domaine et avons peur de ne pas faire ce qu il faut pourriez vous nous éclairer un petit peu sur des choses simples à faire pour le soulager un peu

      • Chère Laura, si vous avez besoin d’être rassurée sur la marche à suivre, demandez moi de vous aiguiller durant une consultation, ça vous aidera à agir dans le bon sens tout de suite.

  • […] et finissons par devenir la proie de développements cellulaires anarchiques tels que la candidose chronique et le cancer? […]

  • Merci pour cet article merveilleux. Les huiles essentielles sont une panacée pour nous.
    Je laisse mon témoignage ici si ca peut aider certaines…
    J’ai soigné un papillomavirus de haut grade (stade 3) avec les huiles essentielles (intégrées dans ovules gynecologiques). La formule ma été donnée par un naturopathe.

    Bien a vous

  • Madame,

    je suis sous vidaza pour éliminer les blastes dans le cadre d’une leucemie aigue myeloide.
    il me faudrait un traitement pour soutenir le système immunitaire puisque dans ce traitement les globules rouges et blancs sont éliminés en grosse partie avec les blastes Merci

  • Bonjour,
    Suite à une mastectomie, j’ai un des cordons lymphatiques du bras gauche qui reste très épais et dur (J’ai été opérée il y a 2 mois et j’ai déjà suivi une trentaine de séance de physiothérapie qui améliore très très doucement la situation. Y a-t-il une huile essentielle qui puisse être appliquée sous le bras afin de favoriser l’assouplissement du cordon ? (sachant que je termine ma radiothérapie le 16 octobre.
    Merci d’avance pour votre réponse
    Cordialement.
    Sibylle

  • Annie claeys

    Bonjour Cécile j’ai lu hier soir votre article sur l’auto immunité et de ce fait je suis partie sur le cancer, je regrette beaucoup de n’avoir pas eu ses renseignement pour mon frère il y a 3 ans .
    Cet article est très instructif.En ce qui concerne le baume du tigre puis-je utiliser du “dexeril” comme base?

  • Annie claeys

    Bonjour Cécile j’ai lu hier soir votre article sur l’auto immunité et de ce fait je suis partie sur le cancer, je regrette beaucoup de n’avoir pas eu ces renseignements pour mon frère il y a 3 ans .
    Cet article est très instructif.En ce qui concerne le baume du tigre puis-je utiliser du “dexeril” comme base?

    • Annie, je ne sais pas ce que c’est…quoi qu’il en soit, il faut un baume gras sans produits chimiques incorporés…

  • Bonjour si je puis me permettre, on n’applique pas de niaouli en cas de cancer hormono-dépendant, (il est hormon-like)
    on le remplacera par du melaleuca alternifolia par exemple …

    A bientôt

    Agnès praticienne en aromathérapie Quantique

  • alonso joëlle

    May 7, 2016 , Bonjour, doit-on changer les cosmétiques qui contiennent de l’huile essentielle de sauge et de cyprès.Je précise que j’ai eu un cancer du sein hormono – dépendant. Merci.Joëlle

  • Après une chimiothérapie très dure (cancer du sein hormono dépendant) mes ongles (mains et pieds) ont été très abîmés et ne n’ont toujours pas retrouvé leur apparence normale après trois ans. Y a-t-il une solution ? Merci pour tous ces bons conseils.

    • Si vos ongles sont abimés, c’est sans doute à la suite de la magnifique candidose favorisée par la chimio. De toutes façons, en cas de cancer, il faut impérativement éliminer le sucre, donc, si j’étais vous, je suivrais quelques mois de régime anti-candida. C’est en général tout ce qu’il y a à faire….

  • Bonjour. Ma cancérologue m’a interdit le millepertuis!…cancer hormono dépendant

  • Bonjour Cécile,
    je lis dans votre article ci-dessus qu’il faut bannir les sucres, hors vous préconisez de manger des céréales: <>
    j’ai lu dans divers articles que les céréales sont des sucres rapides : vrai ou faux?

  • Chère Martine,
    Je ne vois pas où vous avez pu lire que je préconise de manger des céréales! Quoi qu’il en soit, manger des céréales complète n’a pas le même impact sur la glycémie et la candidose que la consommation de sucre…c’est là qu’il faut faire la différence. Céréales ici ne signifie pas “boites de céréales à petit déjeuner”…

  • Bonsoir Cécile,
    j’avais fait un copier/coller de la petite phrase, malheureusement elle n’apparaît pas dans le commentaire, je vous l’écris donc : <>
    et par céréales je ne parlais pas les trucs tout fait du ptit dèj mais plus d’épautre, de sarrasin, de son d’avoine…
    alors du coup pouvez-vous me dire quelles sont les céréales complètes?

    sinon avez-vous des soins pour la sclérose en plaque et si oui est-il possible de vous consulter avec la personne concernée?
    merci

  • Les céréales complètes ne sont pas blanches! C’est en général précisé sur le paquet…

  • celine bonin

    bonjour , j ai un cancer de la vessie et j ai subie une urostomie , d autres tumeus sont apparues dont une dans une vertebre cervicale la c3 et une au dos , j ai eue de la radiothérapie et la j ai de la chimiothérapie . pour m aider j utilise de he d encens , j en met tout le long de ma colonne et sur ma tumeur , je me masse les pieds avec la lavende et j utilise he de pins maritine celui-ci en diffuseur , j aimerais avoir votre opinion sur cette recette que je me suius concoctée a force de lire différents articles sue ls he et le cancer merci

  • Chère Céline,
    Tout dépend ce que vous recherchez…pour moi votre approche est très symptomatique et un peu réduite…Mais c’est déjà ça! Le mieux serait de vous mijoter tout un protocole…

  • Bonjour Cécile,
    J’ai subi une hysterectomie partielle en déc. dernier pour un assez gros fibrome. Il se trouve que c’était un leiomyosarcome, qui n’a donc pas été enlevé suivant le bon protocole (il a été incisé). J’ai été prévenu de cela 3 mois après l’opération et on m’a prescrit un traitement adjuvant chimio+radio, que j’ai refusé (les différents scan ne révélant aucune apoptose des cellules). Aujourd’hui (6 mois après l’ablation de l’utérus) beaucoup de nodules se développent à vitesse grand V, qui ont été détectés comme sarcomes. Cela fait un mois que j’ai changé radicalement mon mode de vie: je supprime petit à petit le sucre, consomme beaucoup de jus de légumes, pratique le Qi Gong, acupunture etc.). Je commence la semaine prochaine une chimio (doxorubicine+trabectedine). Ce qui m’inquiète le plus est la vitesse de développement des nodules. Quelles HE pourraient ralentir le processus ?
    Je te remercie de ta réponse, Kate

  • Kate, toutes les huiles qui agissent sur l’immunomodulation sont bonnes. Donc, en gros, tout ce que je suggère dans mon article sur l’aromathérapie du cancer. Pour stimuler l’apoptose, il y a citron et encens d’oliban, en massage, tous les jours. Sinon, pour ralentir et même, renverser le processus, en général il faut un revirement radical du style de vie, mais surtout de ta perception de la vie. Et ça, ça prend un peu plus de temps et d’attention. En général, ça réclame d’être accompagnée.

  • Chère Cécile,
    Merci beaucoup pour vos réponses. Cela me conforte dans ce que j’ai commencé à entreprendre depuis un mois. Je suis totalement d’accord avec vous, cela va prendre plus de temps. Je vais relire attentivement vos recommendations. Bien à vous, Kate.

  • Bjr,
    Oui , soyons attentif à tt ce que ns ingérons,respirons ( moins facile), nos relations…. g perdu ma maman et un ami proche d’1 cancer digestif, il ne voulait + d’opération et souffrait terriblement après plusieurs ablations dt 1 grosse partie du colon, g été horifié de voir 1 dernière foto où il était méconnaissable…
    alors je m’informe bcp sur les solutions alternatives et vient de trouver un doc sur les HE et le K , d’un médecin que l’on n’a pas laissé faire et il parle de l’HE ENCENS qui contiendrait 17 agents actifs …
    il y décrit les MHz de chaques huiles et de nos pensées…J’aimerais vs envoyer ce doc car vraiment il est fabuleux et il est essentielle pr moi de partager nos connaissances, ainsi ns restons ds l’info et non pas la désinfo …Cdlt

Leave a Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.




Et si vous vous donniez les moyens de prendre le pouvoir sur votre santé? Demandez-le moi ici et je vous envoie un livre dont c'est justement le sujet...

New Graphic
Top